Estac Troyes

Fil infos

#ESTACFCCO : les déclas

Samedi 07 Novembre 2020 à 22h51

La soirée est frustrante pour des Troyens qui auraient pu espérer mieux face à Chambly. Dans une partie rythmée et marquée d’une grosse intensité, les joueurs de Laurent Batlles ont rapidement mené, par l’intermédiaire d’Alimami Gory, pour son premier but sous les couleurs troyennes (2e). Pourtant bien dans leur match, les Bleu et Blanc se feront refroidir par Joris Correa, peu avant la demi-heure de jeu. L’ascendant psychologique allait ensuite s’évaporer, pour rééquilibrer les débats. Si Yoann Touzghar inscrit le but du 2-1 juste avant la pause, les Camblysiens, pourtant réduits à 10 seront parvenus à recoller au score. Si les Troyens auraient pu espérer bien mieux, ce résultat cristallise parfaitement la longue saison de Ligue 2 BKT qu’il reste encore à disputer, dans un championnat où toutes les équipes sont difficiles à manoeuvrer. Voici les déclarations d’après-match. 

 

Bruno Luzi (entraîneur de Chambly) : 

« Je suis vraiment fier de ce que mes joueurs ont fait ce soir, compte tenu du scénario. À dix contre onze, deux fois menés au score chez le second, et revenir fort logiquement c’est une performance. Si on regarde le scénario, on peut dire que l’on aurait peut-être pu espérer mieux. En résumé, c’est le verre à moitié plein, à moitié vide, mais on reste convalescent. On va prendre ça comme une bonne performance. Ce soir, on se met encore en difficulté, mais on a bien réagi. C’est encourageant pour la suite, car ça reste un bon résultat, surtout à Troyes. But à l’engagement, but en or en fin de première période, alors que l’on a eu deux, trois grosses occasions : je me disais que ce n’était pas encore ce soir que ça allait tourner. On va finalement chercher le 2-2 en fin de match à 10 contre 11. Il n’y a rien à dire sur l’expulsion de notre gardien. On a démarré sur un 3-5-2, et on est vite passé à quatre défenseurs. Je pense que cela les a gênés. »  

 

Laurent Batlles (entraîneur de l'ESTAC) : 

« Nous avions  fait le plus dur en marquant ce premier but rapidement. On se crée deux, trois occasions dernières pour tuer le match. Après, c’est compliqué, car on pense que tout est facile.

Dans ce milieu, dans le football, on sait très bien que tout est compliqué. J’avais prévenu tout le monde avant le match. Malgré tout, on est parvenu à  inscrire ce second but avant la pause. On s’est dit que l’on avait fait le plus dur. Il suffisait ensuite d’essayer de les aspirer pour pouvoir jouer dans leurs dos et essayer de marquer ce troisième but. Ce que l’on n’a pas été capable de faire. Et puis, sur un coup du sort, ce qui devait arriver arriva. On est puni tout simplement.

Le jeu s’est déréglé à un moment, car on croit que l’on est meilleur que l’adversaire, et que l’on va pouvoir continuer tranquillement de jouer. Il fallait savoir tuer le match et être beaucoup plus méchant pour essayer de marquer et non de jouer pour jouer. Compte tenu de notre maîtrise, il fallait faire mal à l’adversaire. On n’a pas su, notamment, finir nos actions. Je n’ai pas grand-chose de plus à dire. On n’a pas été à la hauteur de ce que l’on faisait ces derniers matches.

Ce soir, Chambly a fait plus que nous, et c’est ça qui me dérange. On prend un point quand même. Au vu du match, il n’est pas immérité pour Chambly de ramener ce point. 

L’absence de public préjudiciable ?  Ces matches à huis clos, c’est difficile, car il y a beaucoup de gens qui souffrent de ce virus, on est obligé de faire avec. Mais le football est quand même plus joyeux quand on a tout le monde au stade. On aimerait retrouver une certaine normalité, mais il faut penser à tout ce qu’il y a à côté, des soignants et des malades, pour qui les temps sont durs. Ces matches à huis clos nous permettent malgré tout de jouer, d’avoir le privilège de courir sur le terrain, c’est déjà une bonne chose au vu du contexte. »

 

Oualid El Hajjam (défenseur de l'ESTAC) : 

« On sort très frustrés de ce match. La preuve, quand on ne tue pas le match, quand on ne fait pas ce qu’il faut, on le paie cash. En Ligue 2 BKT, c’est ça, toutes les équipes sont à respecter. Si on ne leur fait pas mal au moment opportun, voilà ce qui arrive. Ce que le coach demande exige beaucoup d’efforts, c'est vrai, mais nous savons le faire. Si on ne le fait pas, voilà le résultat. Mentalement, on s’est peut-être relâché, difficile à dire. Mais on le savait, peu importe l’équipe en face de nous, il faut faire preuve de plus d’application. Il faut savoir garder nos valeurs, ce qui fait notre force, notre humilité comme face à Ajaccio. Nous ne pouvions pas mieux commencer cette rencontre, mais nous n’avions pas le droit de lâcher ensuite, de manquer de rigueur. C’est impossible. »  

FIL INFO

La Boutique de l'Estac

La boutique de l'Estac

Voir
Billetterie en vente Billetterie

Billets en vente

Réservez vos billets

Autour de l'Estac