Estac Troyes

Pros

Gambardella 2 ans après... Inside, témoignages et anecdotes

Vendredi 08 Mai 2020 à 09h17

Souvenez-vous... le 8 mai 2018... Il y a deux ans jour pour jour, les jeunes protégés de Carlos Lopez remportaient la coupe Gambardella. Soixante-deux ans après, les U19 de l’Estac rejoignent dans l’histoire les vainqueurs de 1956. En remportant cette rencontre aux dépens du Tours FC, les jeunes troyens ont offert une une belle vitrine qui met en valeur la qualité de la formation à la troyenne. C’est tout simplement fabuleux pour le football troyen. Tout le monde se souviendra longtemps de cette victoire, un certain 8 mai 2018, désormais historique...

À travers 40 minutes d'émotion et de bonheur en vidéo et des témoignages touchants de Bryan Mbeumo, Stone Mambo, Calvin Bombo, Yanis Merah et Benrandy Abdallah, replongez dans la grande aventure de la coupe Gambardella. La belle page que viennent d'écrire une bande de jeunes troyens talentueux.

Deux ans après, quel souvenir gardez-vous de ce titre historique ?

 

Stone Mambo : "Au-delà du succès sportif, c'est l'aventure humaine. Tous les moments passés ensemble en déplacement, dans les chambres d'hôtel, lors des repas, resteront des moments gravés. Le groupe était uni, soudé avec un état d'esprit irréprochable. Encore aujourd'hui, tout le groupe est resté en contact".

Bryan Mbeumo : "J'ai beaucoup de bons souvenirs en mémoire. Mais le plus beau pour moi est le moment où on soulève la coupe avec toute l’équipe sur la pelouse du Stade de France. On était fier de la remporter pour nous-mêmes mais aussi pour nos proches et tout le club !"

Yanis Merah : "Honnêtement, cette épopée reste le plus beau souvenir de ma « jeune carrière » et même de ma vie. Avant chaque match, on avait qu’un seul objectif, se qualifier pour le tour suivant. On était un groupe de potes, et je pense que ça a facilité les choses. Quand on s’est qualifié pour la finale, c’était vraiment incroyable. Mais quand l’arbitre a sifflé la fin du match, il n’y a pas de mots pour décrire ce qu'on ressentait. C'était une immense fierté de graver nos noms sur cette prestigieuse coupe."  

Benrandy Abadallah : "De voir toutes les familles de joueurs heureuses du résultat comme si elles avaient joué, c'est quelque chose qui marque. On pouvait voir sur leur visage une joie indescriptible. C'est un honneur d'avoir partagé ce plaisir avec nos proches et toutes les personnes qui aiment le club."

Calvin Bombo : "Ce titre restera à tout jamais un très bon souvenir. C'est une compétition qui a récompensé toute notre génération. Comme l'a précisé Stone, ce parcours me rappelle les moments forts passés avec mes coéquipiers, sur mais aussi en dehors du terrain."

Racontez-nous quelques anecdotes vécues à ce moment-là...

 

Calvin Bombo : "Sans prétention, au début du parcours, on s'était dit qu’on avait les capacités pour aller au bout de l'aventure. Du coup, on s'est investi pour y arriver. En rigolant, on se demandait aussi quel adversaire on allait affronter en finale. Le rêve est devenu réalité. Fantastique."

Benrandy Abdallah : "Même si c'était peut-être culotté de notre part avec Calvin, on avait annoncé qu'on ne serait pas loin de remporter ce titre. On savait que ça allait être difficile mais on sentait que quelque chose allait se passer. Finalement, match après match, on s'est dit : Mais pourquoi pas nous ?"

Stone Mambo : "La veille de la finale, beaucoup avaient envie de se faire beau pour l'événement. Du coup après le repas, on a fait venir incognito un coiffeur pour qu'il nous coupe les cheveux. Si vous regardez le documentaire vidéo, certains n'avaient pas la même coupe la veille et le jour de la finale. Ce n'était peut-être pas trop sérieux, mais cette anecdote nous fait bien rire aujourd'hui."

Yanis Merah : "Quelques jours après la finale, on s'était retrouvé avec une partie du groupe pour manger en ville. Et là, une personne nous interpelle pour nous féliciter de cette victoire historique. Ce succès l'a rendu fier. Beaucoup nous ont ensuite reconnu dans la rue et nous remerciaient. Je me rappelle qu'on était choqué dans le bon sens du terme. C'est à ce moment-là que j'ai compris qu'on avait fait quelque chose d'énorme et d'historique pour le club et la ville."

FIL INFO

La Boutique de l'Estac

La boutique de l'Estac

Voir
Billetterie en vente Billetterie

Billets en vente

Réservez vos billets

Autour de l'Estac