Estac Troyes

Pros

Jimmy Giraudon : " L'Estac m'a fait grandir "

Mercredi 06 Novembre 2019 à 18h10

Lorsqu’il est arrivé à l’Estac en 2016, alors âgé de 24 ans, Jimmy Giraudon ne connaissait rien du football professionnel. Issu du monde amateur, il était lâché dans le grand bain de la Domino’s Ligue 2, et vivait dès sa première saison une montée en Ligue 1 Conforama avec le club troyen. Sacré début de carrière pro ! Aujourd’hui, après trois saisons pleines avec l’Estac et 119 matches disputés, toutes compétitions confondues, le « petit » Jimmy a bien grandi et est devenu un joueur cadre de l’équipe. Au lendemain de sa prolongation avec le club, jusqu’en juin 2022, nous sommes allés à la rencontre du capitaine troyen.  

 

En battant Valenciennes 1-0, l’Estac a enchaîné avec un troisième succès d’affilée. C’est en seconde période que la situation s’est débloquée, sur coup de pied arrêté, un véritable point fort de l’équipe cette saison. On a par ailleurs senti un onze troyen plus serein dans la deuxième partie du match. Comment l’expliquez-vous ?  
En première mi-temps, c’était un match fermé, aucune équipe ne prenait de risques. Il y a aussi eu beaucoup de duels perdus. À la causerie d’avant-match, le coach nous avait dit que la situation pouvait se débloquer sur un coup-de-pied arrêté. Et ce fut le cas. Après l’ouverture du score, on était plus à l’aise, on proposait plus de jeu pour essayer d’inscrire le second but, qui n’est malheureusement pas venu. Il fallait aussi être costaud derrière pour ne pas prendre de but et ça nous a réussi.  

Nous l’avions déjà évoqué avec votre coéquipier Yoann Salmier (voir Bleu et Blanc Estac-Valenciennes) mais la défense troyenne fait preuve d’une belle solidité cette saison. Avec 11 buts encaissés, elle est la cinquième meilleure défense du championnat. Lors des deux dernières rencontres, l’Estac n’a d’ailleurs pas encaissé de but. On en parle moins, mais une défense solide, c’est tout aussi important qu'une attaque efficace…
Oui ça l’est. On sait qu’une équipe qui a l’une des meilleures défenses se retrouve souvent en haut du classement en fin de saison. On peut encore mieux faire, en réalisant le plus de clean-sheets possibles. On va essayer de reproduire cela dès vendredi à Nancy. Les absences de Kiki Kouyaté et Pape Souaré (ndlr : suspendus) ne m’inquiètent pas. Ce sont effectivement des éléments importants de la défense, mais on a un groupe de qualité et assez fourni pour que le coach puisse les remplacer. Stone Mambo en est un bel exemple. Il avait réalisé un match de qualité au Paris FC. On a de jeunes joueurs avec du potentiel, qui ont envie de se montrer. C’est positif pour le groupe.

Dans l’effectif actuel, seul Stéphane Darbion, arrivé en 2012, a disputé plus de rencontres officielles que vous sous le maillot troyen (208 au total). A 27 ans, vous faites figure d’ancien. Est-ce un rôle que vous endossez au quotidien ?
C’est vrai que je fais partie des anciens. Les jeunes nous demandent souvent des conseils et on est à leur écoute. Le groupe vit bien et peu importe les âges, tout le monde s’entend avec tout le monde. C’est aussi cette cohésion qui nous permettra d’aller loin dans ce championnat. Je porte également le brassard de capitaine pour la seconde saison consécutive. Je prends ce rôle avec beaucoup de plaisir. C’est une belle marque de confiance du coach et du club.

Aujourd’hui, qu’est-ce qui différencie le Jimmy Giraudon de 2016, qui signe son premier contrat professionnel à l’Estac, de celui d’aujourd’hui, qui a acquis une belle expérience, en Domino’s Ligue 2, mais aussi en Ligue 1 Conforama ?
Je suis arrivé ici sans connaître le milieu professionnel. Je l’ai découvert à Troyes. A mon arrivée, je me faisais tout petit. J’ai appris aux côtés de joueurs expérimentés. Je dirais que j’ai gagné en maturité mais aussi en confiance, grâce à l’expérience de ces trois saisons passées. L'Estac m'a véritablement fait grandir.

Vous venez de prolonger votre contrat d’une saison supplémentaire. C’est une belle marque de confiance du club, mais aussi une preuve que vous vous y sentez bien…
Tout à fait. Prolonger était mon souhait. J’ai pour objectif de réaliser une belle saison et d’essayer de faire remonter le club en Ligue 1 à court ou moyen terme, et de l’y maintenir.

Ce vendredi, vous vous déplacez à Nancy, qui reste sur trois nuls en championnat, mais qui est la troisième meilleure équipe à domicile. L’Estac est quant à elle la troisième meilleure formation à l’extérieur. Qu’est-ce qui va faire la différence ?
Ça se jouera sur des petits détails. On sait que Nancy est solide chez lui. On connaît bien son coach, Jean-Louis Garcia, qui est un ancien entraîneur de l’Estac. C’est d’ailleurs lui qui m’avait fait venir ici et qui m’a lancé dans le football professionnel. C’est un bon tacticien qui va essayer de nous contrarier sur certains points, d'autant plus qu'il connaît notre jeu. Mais on aura les armes pour mettre l’ASNL en difficulté.  On sait qu’on va être attendu là-bas. Il faudra être costaud défensivement et transformer la moindre occasion, car Nancy n’en concèdera sûrement pas beaucoup.

FIL INFO

La Boutique de l'Estac

La boutique de l'Estac

Voir
Billetterie en vente Billetterie

Billets en vente

Réservez vos billets

Autour de l'Estac