Estac Troyes

Pros

L'ESTAC enchaîne à l'extérieur !

Samedi 31 Août 2019 à 03h38

A l’issue d’un match rythmé, les Troyens se sont imposés hier soir face à la Berrichonne de Châteauroux de belle manière. La formation de Laurent Batlles clôture un mois d’août musclé avec dix unités au compteur et un premier bilan très honorable, avant la trêve internationale. Face à une équipe timorée, les joueurs troyens sont parvenu à développer un football agréable, incisif et offensif qui laisse entrevoir de belles perspectives. Si les Troyens ont fait preuve de beaucoup de réalisme, cette série enclenchée avant la trêve permettra de préparer la réception du relégué caennais dans les meilleures conditions, dans une grosse affiche à venir au Stade de l’Aube.

Laurent Batlles (entraîneur de l’ESTAC) :

« Nous sommes très satisfaits ce soir, avec une victoire intéressante qui nous permet d’atteindre les dix points au terme du premier mois de championnat, juste avant d’aborder la trêve internationale. Nous avions à cœur de bonifier la victoire obtenue face au RC Lens et nous avons débuté le match comme il fallait pour obtenir ce résultat.

En seconde période, je regrette que nous ne soyons pas parvenus à tuer le match. Je suis malgré tout très heureux pour mes joueurs ce soir, qui en franchissant la barre des dix points valide le travail réalisé jusqu’ici. Nous devons maintenant progresser dans la qualité de nos passes, dans le dernier geste.

Je suis heureux de la solidarité affichée et de tous les efforts réalisés par ce groupe. J’aime cette valeur d’abnégation. À la mi-temps, je pense que nous avions la qualité et les joueurs pour mieux maîtriser notre fin de match. J’avais le même sentiment lors que nous sommes allés jouer à Grenoble. Nous devons maintenant tâcher d’apporter davantage de sérénité. » 

Nicolas Usaï (entraîneur de la Berrichone de Châteauroux) :

« C’est très difficile pour nous, au-delà de la défaite, nous sommes surtout très agacés par ce sentiment d’impuissance face au but adverse. Nous n’avons pas beaucoup d’occasion, et pour le peu que nous en avons, nous ne parvenons pas à nous montrer réalistes.

Nous avons une certaine forme de fébrilité et j’ai la sensation que les joueurs ne parviennent pas à se lâcher. Nous essayons d’insuffler ce sentiment de révolte et je sens que les joueurs sont malgré tout dans la retenue.

Il nous reste soixante-douze heures pour se renforcer, les choses vont se décanter ce week-end et nous allons devoir vite marquer ce premier but pour lancer la machine. Ce championnat de Domino’s Ligue 2 est difficile. »

FIL INFO

La Boutique de l'Estac

La boutique de l'Estac

Voir
Billetterie en vente Billetterie

Billets en vente

Réservez vos billets

Autour de l'Estac