Estac Troyes

Pros

Jonathan Tinhan : « Jouer dans la profondeur, ça me plait »

Jeudi 07 Février 2019 à 13h55

Si Jonathan Tinhan a participé à 17 matches sur les 23 joués par l'Estac en championnat jusqu'alors, il n'a été que cinq fois titulaire. En moyenne, lorsqu'il entre en cours de match, il ne dispute que 13 minutes de jeu. S'il aspire, comme chaque compétiteur, à obtenir plus de temps de jeu, on ne peut que constater que l'attaquant troyen se donne toujours à fond chaque fois qu'il pose le pied sur un terrain. Vendredi dernier, il pénètrera à la 58' sur la pelouse de Saint-Symphorien et les Grenats s'en souviennent très certainement. Il ne lui aura fallu que quatre minutes pour obtenir un penalty qui permettra aux Troyens d'égaliser et de ramener le point du nul. Sa vitesse a alors fait tourner la tête de la défense messine à plusieurs reprises. Patient, Jonathan  travaille au quotidien pour gagner en temps de jeu. La réception du Paris FC ce vendredi pourrait bien être une belle occasion pour lui de s'exprimer à nouveau.

Vous avez ramené un bon point de chez le leader, le FC Metz, lors de la dernière journée. La première mi-temps, à laquelle vous n’avez pas participé, a été compliquée et vous perdiez 1-0 à la pause. Qu’est-ce qui a permis de reprendre le dessus en seconde période ?
C’était une équipe très bien en place en première période, avec de bons automatismes. De notre côté, on avait du mal à ressortir le ballon et à les mettre en danger. Il y avait quand même moins de profondeur qu’en deuxième mi-temps, où ils jouaient un peu plus haut. On a justement su en profiter pour changer notre jeu tactique et les mettre en difficulté. 

Votre entrée en jeu a été déterminante. En effet, vous remplacez Bryan Mbeumo à la 58’, et quatre minutes plus tard, vous obtenez un penalty qui sera synonyme d’égalisation, puisqu’il sera transformé par Kevin Fortuné. Racontez-nous...
Je pars en direction du but, et je sens que Sunzu me touche une première fois. En levant la tête, je me suis aperçu que je ne suis pas loin de la surface et du gardien donc j’ai résisté. Sur le moment, je ne pensais qu’à jouer mon face à face avec Oukidja, mais Sunzu m’a touché une deuxième fois, dans la surface, et là je n’ai pas pu rester debout. Le penalty est logique.
Quant à mon entrée en jeu, jouer dans la profondeur, c’est ce qui me plait. Je suis à l’aise dans ce système. Contre une équipe qui joue haut et avec des défenseurs peu rapides, c’était une arme à utiliser et nous l’avons fait à bon escient. On a été efficaces dès mon entrée et ça les a fait douter. On a même réussi à se créer deux ou trois autres situations en jouant vite dans leur dos. 

Quatre minutes après, à la 66', lorsque Oukidja, le portier messin, effectue cette impressionnante sortie les deux pieds en avant, décollés du sol, face à vous, y avait-t-il faute répréhensible de sa part ?
Sa sortie était vraiment dangereuse. Je pense que l’arbitre aurait pu siffler quelque chose. Quand j’ai vu la façon dont il arrivait vers moi, j’ai vite enlevé mon pied. Ce n’est en tout cas pas un geste à avoir sur un terrain de foot.

Vous avez débuté la saison en tant que titulaire, puis vous avez dû depuis quelques temps vous contenter de courtes entrées en jeu. A Metz, vous avez eu davantage de temps d'expression et cela vous a réussi. Dans quel état d’esprit êtes vous en ce moment ?

Je suis patient, mais je me bats pour faire bouger les choses. Je ne suis pas titulaire en ce moment, mais j’essaye de travailler tous les jours pour gagner ma place et du temps de jeu. Ça m’a fait du bien de jouer plus de dix minutes. En entrant à la 80’ ou la 85’ d’un match, il est plus dur de montrer des choses et de faire changer le cours d'un match.

Ce vendredi, vous recevez le Paris FC, un nouveau concurrent direct. La match aller, lors de la 6e journée, est un mauvais souvenir. Si l’Estac s’était inclinée 2-0, elle est cependant différente aujourd’hui. Comment allez-vous aborder cette rencontre ?
Très sérieusement. Le Paris FC est une équipe bien en place, et la meilleure défense du championnat. Son bloc défensif est très solide. Au match aller, cela nous avait d’ailleurs mis en difficulté. C’est une équipe rugueuse, qui, quand elle a le ballon, se projette vite vers l’avant. Il va falloir se méfier et être présents dans les duels, domaines dans lesquels ils sont également forts. Ils restent sur une belle série et sont sûrement en confiance en ce moment. Ils jouent aussi la place de barragiste, si ce n’est pas plus. C’est une équipe prétendante à la montée, comme nous, qu’il va falloir prendre très au sérieux car peu d’équipes sont parvenues à les battre jusqu’à maintenant. 

Ils sont en confiance mais l’Estac aussi peut l’être. Elle est tout de même invaincue cette année et a remporté son dernier match à la maison contre Lens…
On est sur une belle dynamique c’est vrai. Il faut gagner pour bonifier le point du match nul pris chez le leader la semaine dernière et essayer de faire un petit bond au classement. Ces trois points nous feraient vraiment du bien, donc on va vraiment tout faire pour gagner ce match !

FIL INFO

La Boutique de l'Estac

La boutique de l'Estac

Voir
Billetterie en vente Billetterie

Billets en vente

Réservez vos billets

Autour de l'Estac