Saison 2010-2011

Saison 2010-2011

Le retour de l’Estac en Ligue 2 est vécu comme un grand soulagement. La nouvelle équipe dirigeante est très active et c’est avec beaucoup de confiance que la saison à venir est abordée. Alors que le recrutement débute par l’engagement de Mathieu Duhamel, le buteur de Créteil, Daniel Masoni, le président, décide de se séparer de Patrick Remy, l’entraîneur. Voilà donc le promu sans coach. L’engagement d’un nouvel entraîneur est donc primordial. Le président de l’Estac pense immédiatement à Jean-Marc Furlan qui a déjà, avec réussite, eu la recharge de l’équipe troyenne durant trois saisons. Furlan est sur le point de s’engager à l’étranger mais la proposition troyenne le séduit. Il n’a jamais oublié son passage dans l’Aube et y a conservé des relations privilégiées, notamment avec la famille Masoni, étant très proche d’Angel, l’ancien président côtoyé lors de la première année. Jean-Marc Furlan accepte donc de revenir à Troyes.

Quelques départs vont se produire. Quentin Westberg, le premier gardien formé au club à être devenu professionnel, signe à Evian TG. Alan Mermillod, autre gardien, part à Orléans. Le Danois Jesper Mikkelsen décide de rentrer chez lui. Autre départ, celui d’Abdeslam Akouzar. Enfin, bien entendu, les joueurs prêtés, Anthony Lippini et Ronnie Rodelin, regagnent leurs clubs. En contrepartie, l’Estac choisit d’étoffer son effectif par des joueurs expérimentés : Olivier Blondel, gardien de but (Toulouse), Florian Jarjat (Nantes), l’international algérien Yassine Bezzaz et le Brésilien Marcos (Strasbourg). Le jeune défenseur axial Matthieu Saunier est prêté par Bordeaux. Stéphen Drouin quitte Vannes pour revenir à l’Estac. Enfin, le jeune gardien Antoine Philippon, en provenance de Moulins, sera engagé.

 

Dix matches sans victoire

 

La saison débute par un revers en Coupe de la Ligue. Au Stade de l’Aube, pour le premier tour, l’Estac s’incline devant le Stade de Reims, 1-1 après prolongation, 6-5 aux tirs au but. Les Troyens ouvrent le championnat à Vannes par une défaite, 1-0, puis par un nouvel échec à domicile, contre Nantes, 1-0. C’est une victoire à Metz, 1-0, qui va lancer l’équipe troyenne. Elle reçoit et bat nettement l’AC Ajaccio, 3-0, puis obtient une troisième victoire de rang à Reims, 1-0. Si elle trébuche à domicile devant Tours, 2-1, elle réenchaîne par une nouvelle série de trois succès consécutifs : à Grenoble, 2-0, contre Châteauroux à domicile, puis à Dijon, 1-0. Le superbe but que réussit Diallo Guidileye chez les Dijonnais, propulse l’Estac à la première place de la Ligue 2. Cette position de leader durera deux semaines, malgré un nul à la suite concédé à domicile devant Boulogne, 1-1. Comme une malédiction, les Troyens ne gagneront plus un seul match de championnat jusqu’au 17 janvier 2011 ! Dix matches sans victoire, six nuls et quatre défaites, et une belle dégringolade au classement, jusqu’à la 11e place à la fin des matches aller et avant la trêve hivernale. Entrée en Coupe de France, au 7e tour, le 20 novembre, l’Estac est allée écraser Château-Thierry (DH) 12-0 puis, au 8e tour, s’est qualifiée à Schiltigheim (CFA2), 3-0. Mais, début janvier, elle sort de la compétition à domicile devant le FC Metz (L2), 3-2 après prolongation.

 

Le retour de Sébastien Grax

 

Le club a mis à profit le mercato hivernal pour recruter l’ex-toulousain Benjamin Psaume (Arles-Avignon) et Sébastien Grax, l’ancien buteur et chouchou du Stade de l’Aube, libéré par Saint-Etienne. Matthieu Duhamel peu utilisé, est prêté au FC Metz. L’Estac s’impose à Nantes, 1-0, puis à domicile contre Metz, 2-1. Les Troyens vont adopter un rythme d’une victoire à Troyes et d’une défaite en déplacement. Ils gagnent le derby contre Reims, 3-2. Mais le 1er avril, la défaite à domicile contre Sedan, 2-0, est une blague que personne n’apprécie. Surtout qu’après un nul à Clermont (2-2), les hommes de Furlan vont connaître une nouvelle pénurie de victoire : trois défaites consécutives, contre Angers et Nîmes à domicile, et à Istres entre les deux, si bien que la 16e place occupée au classement, à cinq journées de la fin, avec quatre points d’avance sur le premier relégable, inquiète sérieusement. Une relégation pourrait avoir de grosses conséquences. Le club est carrément en danger. Aussi la victoire qui suit, au Havre, 2-1, sonne-t-elle comme un premier soulagement. Mais l’Estac perd à domicile contre Le Mans (1-0) puis à Annecy, devant Evian TG (3-0). A deux journées de la fin, toujours 16e, la formation troyenne possède cinq points de mieux sur le premier relégable, avant de recevoir pour les deux derniers matches : Laval et Vannes, le premier relégable. En gagnant le premier 3-2, elle assure définitivement son maintien, à tel point qu’elle laissera quelque peu filer son dernier rendez-vous en « offrant » à Vannes un dernier baroud d’honneur avant de descendre en National. Les Troyens conserveront leur 16e place, avec 44 points, soit 2 d’avance sur les Vannetais, premier relégué.

La saison a été marquée par la belle aventure des U19 en Coupe Gambardella. Les jeunes troyens d’Emmanuel Beauchet n’ont échoué qu’en demi-finale, 4-1, contre Saint-Etienne.

 

 

L’effectif 2010-2011

 

Gardiens : Olivier Blondel, Arnaud Brocard, Antoine Philippon. 

Défenseurs : Vincent Carlier, Stéphen Drouin, Julien Faussurier, Florian Jarjat, Eric Marester, Fabrice Nsakala, Wilfried Rother, Gaël Sanz, Matthieu Saunier, Djibril Sidibé. 

Milieux : Mickaël Barreto, Yassine Bezzaz, Eloge Enza-Yamissi, Diallo Guidileye, Mouni Obbadi, Abdou Sissoko.

Attaquants : Claudio Beauvue, Grégory Bettiol, Mohamed Camara, Mathieu Duhamel, Sébastien Grax, Sega Keita, Marcos, Benjamin Psaume, Frédéric Vieillot.   

FIL INFO

La Boutique de l'Estac

La boutique de l'Estac

Voir
Billetterie en vente Billetterie

Billets en vente

Réservez vos billets