Saison 2009-2010

Saison 2009-2010

C’est le grand chambardement. Montée en 1996 de National en Ligue 2, l’Estac retourne à la case départ. Un échec mal ressenti par les supporters mais aussi par tout l’environnement. C’est aussi un échec qui touche Thierry Gomez. Le président va partir et céder le club à Daniel Masoni, chef d’entreprise, 52 ans, fils d’Angel Masoni, l’ancien et charismatique président de l’Estac. Celui-ci ne part pas tout seul dans l’opération de reconquête. Il se fait accompagner par deux anciens joueurs dont la fidélité au club est incontestable, Richard Jézierski et Frédéric Adam. Le premier prendra en charge l’administratif alors que le second aura la responsabilité du sportif, Daniel Masoni chapeautant l’ensemble. Ce dernier entame sa présidence fort du soutien de tous les autres actionnaires. La première décision à prendre est d’engager un nouvel entraîneur. L’unanimité se portera sur Patrick Remy, ancien joueur professionnel de Metz, Auxerre et Marseille, et ex-entraîneur de Beauvais, Sedan, la Gantoise (Belgique), Caen et Guingamp. A près de 55 ans, l’homme jouit d’une belle expérience et passe pour être rigoureux. De fait, il commencera par « faire le ménage » dans un groupe dont la désunion a précipité la relégation la saison passée. Merville, Faye, Guillaume, Prempeh, Fiorèse, Pérez, Sarr, Bangoura, Kébé, Lesoimier et Michel Mondeguer vont quitter le club. Stéphen Drouin le fera également, après avoir joué les cinq dernières minutes du match de Coupe de la Ligue contre Nantes début août. Il rejoindra Vannes, en Ligue 2. Puis, mi-octobre, c’est Titi Buengo, dont le départ était programmé, qui rejoint Châteauroux.

Le recrutement sera limité et particulièrement ciblé : un défenseur axial, Vincent Carlier arrivé de Beauvais, et un attaquant de côté, Abdeslam Akouzar, venu de Gueugnon puis, à la suite, le prêt par Montpellier du latéral Anthony Lippini. Pour le reste, confiance est accordée aux cadres restés et appel sera fait à de nombreux jeunes pour la plupart tout juste sortis du Centre de Formation : les Wilfried Rother, Sacha Petshi, Romain Tharradin, Mickaël Barreto, Frédéric Vieillot, Hakim Jébali, Mohamed Camara.

 

Une série de 10 matches sans défaite, dont 9 victoires

La saison débute officiellement le 25 juillet par un tour préliminaire de Coupe de la Ligue. Les Troyens sont à Gueugnon et l’emportent 2-1. Une semaine plus tard, le 1er août, ils créent la sensation au Stade de l’Aube à l’occasion du 1er tour de cette Coupe de la Ligue, en éliminant sèchement (4-0), le FC Nantes, alors en L2. Quand commence le championnat de National, tout le monde attend une victoire pour cette ouverture à domicile, contre Louhans-Cuiseaux. Ce sera chose faîte : 2-0. Les joueurs de Patrick Remy rapportent un nul 2-2 du stade Charléty, à Paris, contre le Paris FC puis atomisent Plabennec, 5-0, à domicile. Seulement, le Stade de Reims, compagnon d’infortune, entend bien lui aussi retrouver au plus vite la Ligue 2 et le 21 août, pour la première manche du derby, il s’impose 1-0. Quatre jours après, l’Estac quitte la Coupe de la Ligue, au second tour, au Stade de l’Aube, en s’inclinant aux tirs au but (2-2 après prolongation) devant Nîmes (L2). Les Troyens vont ensuite allègrement survoler le championnat. Ils alignent dix matches de suite sans défaite : un seul nul pour neuf victoires dont de précieux succès sur des équipes solides comme Créteil, 2-1, Evian TG, qui apparait vite comme le plus ambitieux, 4-0, et Amiens, 1-0. Après 14 journées, ils sont en tête, avec 3 points d’avance sur Evian TG, 8 sur Créteil et 9 sur le 4e, Reims.

 

Essoufflée en fin d’année

 En Coupe de France, les Troyens ont présenté une jeune équipe en entrant au 5e tour à Sézanne (DH) : 4-0, mais c’est avec une formation type qu’ils ont ensuite reçu et éliminé le Stade de Reims pour le compte du 6e tour : 2-1. Ils vont néanmoins déchanter deux fois de suite en championnat, en s’inclinant d’abord à domicile devant Fréjus-St Raphaël, 2-1, puis à Rouen 2-0. Entre ces deux revers, l’Estac s’est qualifiée pour le 8e tour de la Coupe de France, chez le Soleil Bischheim (DH), 6-0. En championnat, elle a été rejointe par l’ETG en tête du classement. Elle perd deux points à domicile en concédant le nul 2-2 à Cannes au Stade de l’Aube, puis, à Bayonne, ne peut faire mieux qu’un 0-0. La Coupe permet de regoûter aux joies du succès. En battant la CFA2 de Selongey 2-1, l’Estac accède aux 32es de finale. Ce sera le dernier match de 2009, les conditions climatiques ne permettant pas le déplacement chez Cassis-Carnoux.

 

Un long final

L’année 2010 commence par une élimination et une défaite. L’élimination survient en 32e de Coupe de France à Vannes (L2), 1-1 après prolongation et 8-7 aux tirs au but. La défaite se produit à Plabennec, 3-0. Daniel Masoni piquera une belle colère. L’équipe était pourtant restée en Bretagne, à Carnac, en stage entre ses deux premières rencontres de l’année. Elle va se reprendre en battant le Paris FC 1-0 et en allant gagner son match en retard à Cassis-Carnoux, 2-1. Elle est sur la même ligne que Reims, tout en haut du tableau, quand se joue le retour du derby champenois : 0-0. Du coup, les deux voisins sont rejoints par Evian TG. L’Estac a profité du mercato pour recruter un nouveau gardien. Alan Mermillod, doublure du titulaire, Quentin Westberg, s’est blessé. Arnaud Brocard arrive donc du Paris FC. Elle cherche aussi un attaquant et, avant la fin du mercato, se fait prêter par Nantes, Ronny Rodelin. Celui-ci, apparaît cependant fragile et ne disputera que cinq matches avec la formation troyenne. Il fera surtout étalage de tout son talent en inscrivant deux des trois buts de la victoire sur Gueugnon, 3-1, se blessant sur le second. Evian TG va prendre le commandement dès la 23e journée. Le final sera long pour les Troyens, qui, sur les seize dernières journées, ne récolteront que cinq victoires et dix nuls. Ils ne perdront qu’une fois, à domicile, contre Rouen, 2-1. Ils valideront leur accession le 14 mai, lors de l’avant-dernière journée, en battant Cassis-

Carnoux 2-0, et termineront sur un ultime feu d’artifice à Louhans-Cuiseaux, 5-0. Ils seront 3es, devançant Créteil de 3 points, à 2 longueurs de Reims, second, et à 13 points du champion, l’ETG.  

 

L’effectif 2009-2010

 

Gardiens : Arnaud Brocard, Alan Mermillod, Quentin Westberg.

Défenseurs : Vincent Carlier, Jérémy Cordoval, Stéphen Drouin, Julien Faussurier, Anthony Lippini, Eric Marester, Fabrice Nsakala, Wilfried Rother, Gaël Sanz, Djibril Sidibé.

Milieux : Mickaël Barreto, Eloge Enza-Yamissi, Diallo Guidileye, Jesper Mikkelsen, Mounir Obbadi, Sacha Petshi, Adam Shaïek, Abdou Sissoko, Romain Tharradin.

Attaquants : Abdeslam Akouzar, Claudio Beauvue, Grégory Bettiol, Titi Buengo, Mohamed Camara, Hakim Jébali, Dega Keita, Jérôme Lafoucade, Ronny Rodelin, Frédéric Vieillot.

FIL INFO

La Boutique de l'Estac

La boutique de l'Estac

Voir

Autour de l'Estac