Saison 2005-2006

Saison 2005-2006

Cette nouvelle montée en Ligue 1 suscite un gros engouement dans toute la région troyenne et jusqu’au-delà du département. Les mouvements de joueurs seront nombreux. Bafé Gomis, prêté par Saint-Etienne retourne chez les Verts avec lesquels s’engage Damien Perquis. Partent également : Franck Grandel (Utrecht), Romuald Peiser (Gueugnon), Ludovic Liron (Valenciennes), David Vairelles (Amiens), Frédéric Garny (Angers). Emanuel Perrone part en Grèce, Eric Marester est prêté à Bastia alors que Karim Ziani est définitivement transféré à Lorient. Yannick Nomède quitte également le club. Il signera avec Fréjus. Fin août, Nicolas Florentin rejoindra Caen.

Au chapitre des arrivées, tandis que Christian Nadé revient de son prêt au Havre, l’Estac fait signer le gardien Ronan Le Crom (Saint-Etienne), les défenseurs Blaise Kouassi et Auriol Guillaume (Guingamp), Florian Boucansaud (Gueugnon),  les milieux de terrain Eloge Enza-Yamissi (Nîmes) et Gaël Danic (Grenoble) et les attaquants Ziad Jaziri, international tunisien en provenance de Turquie (Gaziantespspor) et Georges Ba (Nice) tandis que le Paris SG prêtera le milieu de terrain offensif international monténégrin Branko Boskovic. Après le début de saison, arriveront encore le défenseur international sénégalais Ibrahima Faye (Caen) et le défenseur international Espoirs Stéphen Drouin, prêté par le FC Nantes. Enfin, Monaco prolonge d’une année le prêt de Sébastien Grax.

 

Série de 8 matches sans victoire

Le 30 juillet, les Troyens ouvrent à Nice et reviennent avec un bon résultat, un nul 1-1, Sébastien Dallet répondant à l’ouverture du score sur coup-franc de Marama Vahirua. C’est aussi le premier match en L1 d’un certain Blaise Matuidi, 18 ans. Pour l’ouverture au Stade de l’Aube, ils enchaînent avec un second nul, 0-0. Leur début de saison est encourageant puisqu’ils s’imposent ensuite à Lille, 2-1 puis, à domicile, tiennent en échec le leader, le Paris SG, 1-1. Avec 6 points en quatre matches, ils pointent à la 9e place. Ils subiront leur première défaite lors de leur 5e match, au Mans, 1-0. Mais ils s’imposent chez eux contre Nantes, 1-0 et retrouvent leur 9e place. Avec 9 points, ils précèdent déjà le premier relégable de 6 points. La suite ne va pas être du même calibre : huit matches sans victoire (6 défaites et 2 nuls). L’Estac se retrouve relégable… et éliminée de la Coupe de la Ligue dès son entrée au Parc des Princes, contre le PSG, 4-1. Le 6 novembre pourtant, en renouant avec la victoire, contre Rennes, 2-1, au Stade de l’Aube, elle sort de la zone rouge.

 

22 cars de supporters pour un maintien qui se dessine à Metz

Le parcours des Troyens deviendra ensuite un peu plus régulier, fait de victoires (1-0 chez l’AC Ajaccio et 2-1 à domicile contre Sochaux), d’un nul sur leur terrain contre Metz (0-0) et de deux défaites, à l’extérieur, à Lyon et à Toulouse, sur le même score, 2-1. Le 17 décembre, à la fin des matches aller, les hommes de Furlan pointent en 16e position, mais avec 7 points d’avance sur le 18e et premier relégable, le FC Metz.

A la reprise après la trêve, l’Estac n’a que le maintien en tête. C’est probablement pour cela qu’elle quitte involontairement la Coupe de France dès son entrée en 32e de finale, à Boulogne-sur-Mer, contre Calais (CFA), le finaliste de 2000, 3-2 après prolongation. En championnat, elle prend 1 point dans le Chaudron stéphanois puis, chez elle, bat Lille 1-0, grâce au premier but chez les professionnels de Blaise Matuidi. Le mercato hivernal lui permet de recruter Grégory Paisley (Metz) mais elle prête Gaël Danic à Lorient. Les Troyens ne replongeront plus dans la zone rouge, bien qu’ils en seront longtemps proches. Le 5 février, ils reçoivent Marseille avec un nouvel attaquant arrivé dans les dernières heures du mercato pour pallier aux nombreuses absences des attaquants troyens, l’international tunisien Ali Zitouni, prêté par l’Espérance de Tunis. L’Estac s’incline 1-0 et Zitouni ne réapparaîtra plus de la saison. Le 8 avril pour la 34e journée, elle se déplace à Metz, l’avant-dernier, sur qui, 17e, elle compte 3 points d’avance (et 2 points sur Strasbourg, premier relégable), pour un match qui peut s’avérer déterminant. Metz en tout cas joue sa survie. Les Lorrains sont d’autant plus motivés qu’ils célèbrent leur 2000e match professionnel. L’Estac a battu le rappel et va réussir à affréter 22 cars de supporters pour aller encourager leur équipe. Celle-ci l’emporte 4-2. A 4 journées de la fin, elle prend une sérieuse option sur le maintien, d’autant que Strasbourg a perdu et que c’est désormais 5 points d’avance que compte l’Estac sur les Alsaciens, toujours premiers relégables. Sur leur lancée, les joueurs de Jean-Marc Furlan vont recevoir et battre l’AC Ajaccio, 3-0, devant 19 825 spectateurs, nouveau record d’affluence, et Toulouse 3-1, match au terme duquel le maintien sera mathématiquement et définitivement acquis. L’Estac finira tranquillement avec un nul à Sochaux (1-1) et une courte défaite (1-2) à domicile devant Nice.

 

L’effectif 2005-2006

 

Gardiens : Ronan Le Crom, Romuald Peiser, Quentin Westberg. 

Défenseurs : Nabil Berkak, Florian Boucansaud, Stéphen Drouin, Alexandre Dujeux, Ibrahima Faye, Aujriol Guillaume, Blaise Kouassi, Jean-Louis Montéro, Grégory Paisley, Gaël Sanz.

Milieux : Frédéric Adam, Gharib Amzine, Branko Boskovic, Franck Boudard, Eloge Enza-Yamissi, Cédric Faivre, Blaise Matuidi, Benjamin Nivet, Carl Tourenne.

Attaquants : Georges Ba, Ibrahima Bangoura, Sébastien Dallet, Gaël Danic, Nicolas Florentin, Sébastien Grax, Ziad Jaziri, Christian Nadé, Ali Zitouni.  

 

 

 

 

 

FIL INFO

La Boutique de l'Estac

La boutique de l'Estac

Voir
Billetterie en vente Billetterie

Billets en vente

Réservez vos billets

Autour de l'Estac