Saison 1995-1996

Saison 1995-1996

Alain Perrin n’a pas été satisfait par la saison précédente. Aussi, l’effectif va-t-il être profondément remanié. Tingry rejoint le FC Metz, passe professionnel et sera le second gardien lorrain derrière Songo. Belle promotion. Avec lui, vont quitter le club : Olivier Thomas, Tjock, Dikoumé, Taine, qui devient professionnel à Amiens, Ahidjo, Badiali et Kacem. Christophe Laigneau, souffrant d’une hépatite C, décide de mettre sa carrière entre parenthèses pour se soigner. En conséquence, le recrutement est important, avec la venue du gardien Henray (Gueugnon), des défenseurs palois Forge et Legaz, et des attaquants Maufay (Châtellerault) formé au FC Nantes, et Cuvier (Bourges). Rétabli de sa seconde fracture de la jambe, Richard Jezierski est opérationnel. Perrin et son adjoint, Franck Lorenzetti, qui continuera à diriger la réserve en National 3, emmènent leur troupe, pour la troisième année consécutive, en stage à Clairefontaine.
Incorporés au groupe A du National 1, les Troyens vont avoir à lutter avec des adversaires redoutables, comme Saint-Brieuc, Sedan et Valenciennes. Seuls les deux premiers accèdent à la 2e Division. Grandes nouveautés à partir de cette saison : la victoire vaut désormais 3 points et trois changements de joueurs sont autorisés.

Départ raté


Les protégés du président Masoni sont ambitieux. Sans trop le proclamer toutefois, ils lorgnent vers la D2. Mais le départ va plutôt être raté. Le 5 août, en ouverture, à domicile devant 1233 spectateurs, l’ATAC ne peut vaincre Saint-Brieuc (0-0). A Noisy-le-Sec, elle obtient le même score, puis, une semaine plus tard, malgré deux tirs sur les poteaux, elle déçoit les 1728 spectateurs du stade de l’Aube. Encore 0-0 devant Valenciennes. A Fécamp, s’il y a enfin des buts, elle ramène toutefois un nouveau nul, 2-2. Régis Henray a été préféré à Nicolas Dehon dans les buts. Dès le début du match suivant, à domicile, face à Châtellerault, le nouveau gardien bouscule l’ex-Troyen Kacem hors de sa surface, et est expulsé dès la 12e minute. L’ATAC va jouer à dix, avec Momo Bradja dans les buts, et concèdera un nouveau 0-0. Comme le match suivant a lieu à Sedan, devant, devant 4261 spectateurs, et que les Sedanais l’emportent, 3-2, dans les arrêts de jeu, voilà les Troyens, après six journées, à la 14e place, avec 5 points, à deux points de Sedan le leader. Beaucoup ne sont pas loin de penser que la saison est déjà gâchée.

Daniel Vacelet à la présidence


Pourtant, les hommes de Perrin obtiennent à la suite, au stade de l’Aube, leur première victoire, 3-1, devant Haguenau ; Puis ils s’en reviennent victorieux de Brest, 2-1. Là-bas, Bradja s’installe de nouveau dans les buts, après la blessure au front de Dehon, obligé de sortir dès la 2e minute. Thouars s’incline ensuite 2-0 au stade de l’Aube, avant que Dehon, de retour, et ses coéquipiers ramènent un 0-0 encourageant d’Aubervilliers, le deuxième du classement. Le dernier, Roubaix, chute 2-0 au Labourat le 14 octobre. Cinq jours plus tard, Daniel Vacelet, 48 ans, succède à Angel Masoni à la présidence, et clame : « Notre objectif est de monter dès cette saison en 2e division ». Nommé président d’honneur, Angel Masoni demeure néanmoins au Comité Directeur. Les Troyens vont largement triompher de leur visiteur Quimper, 4-0, après s’être qualifié 4-1 à Eclaron (DH) pour leur entrée en Coupe de France. Mais au tour suivant, le sixième, opposés à une nouvelle équipe de DH, Tinqueux, chez elle, tout comme à Eclaron, ils vont être menés 1-0 au bout de 3 minutes. Cette fois pourtant, ils ne reviendront pas et seront éliminés par manque de détermination.
En championnat, l’ATAC renoue avec le succès : 1-0 face à Evry, à domicile, mais s’incline contre le cours du jeu à Saint-Leu, 1-0. Elle achève l’année par une victoire sur son terrain, 3-0, contre Wasquehal. Elle met à profit la trêve de fin d’année pour recruter deux joueurs, le jeune international guinéen, Mohamed Camara, 20 ans, prêté par Beauvais et le Serbe Bosko Kovrlija, 24 ans, le capitaine de Novi-Sad (D2 yougoslave). Bonne nouvelle : Christophe Laigneau va mieux. Il a repris l’entraînement mi-octobre et va rejouer avec la réserve.
Le premier match de l’année 96 est également le dernier des matches aller. A la Roche-sur-Yon, chez l’avant-dernier, l’ATAC tombe de haut. Elle perd 2-0. Alain Perrin n’est pas content et quitte le banc au quart d’heure de jeu, estimant qu’il ne servait à rien puisque les joueurs ne respectaient pas ses consignes. Il reviendra au début de la seconde période pour voir son équipe encaisser ses deux buts dans le dernier quart d’heure. A la mi-championnat, l’ATAC est troisième, à 6 points du leader, Saint-Brieuc et à deux points de Sedan qui compte un match de retard. Les résultats des matches de Roubaix sont annulés et le club en liquidation judiciaire disparaît de la compétition.

Un final irrésistible vers la D2


L’attitude de Perrin a-t-elle un effet sur ses joueurs ? Toujours est-il qu’ils vont accumuler les succès : 2-0 contre Noisy-le-Sec, 2-0 à Valenciennes, 3-1 à Châtellerault, 6-0, avec un triplé de Cuvier, contre Fécamp. Lorsque Sedan se présente au stade de l’Aube, le 2 mars, l’ATAC , seconde, est revenue à 2 points des Briochins, toujours leader, et compte 5 longueurs d’avance sur Sedan, 3e avec un match en moins. Les Sedanais tirent leur dernière cartouche, mais les Troyens sont supérieurs. Devant 5446 spectateurs, ils l’emportent 2-0. Sedan ne s’en remettra pas. L’ATAC poursuit sa série de succès : 4-0 à Haguenau, le dernier, et elle passe en tête, devant Saint-Brieuc, à la différence de buts. Contre Brest au stade de l’Aube, elle l’emporte 2-1, sous les yeux de Raymond Kopa venu pour inaugurer le salon Paul-Heurtefeu qui abrite le « club entreprises » et qui a donné le coup d’envoi. Les hommes de Perrin, irrésistibles, s’imposent à Thouars, 3-0, puis accueillent et battent Aubervilliers 1-0, puis Avranches 2-1. Saint-Brieuc est à un point derrière, mais le troisième, Valenciennes est à dix points. La 2e Division est en vue, surtout qu’une nette victoire, 4-0, suit à Evry. L’accession ne se fêtera pourtant pas à domicile, puisque Saint-Leu vient obtenir un nul 1-1. Elle s’officialise à Wasquehal, la 11 mai, à la suite d’un 0-0. Seulement Saint-Brieuc repasse devant au classement et l’ATAC ne pourra disputer le titre, malgré un dernier succès à Troyes, 3-1, face à la Roche-sur-Yon, car l’ultime rencontre, se jouant à Saint-Brieuc, s’achèvera par un nul 0-0. Les deux équipes accèderont à la D2. Dix-sept ans après le TAF, Troyes retrouve le professionnalisme. L’ATAC possède la meilleure attaque, la meilleure défense et le meilleur buteur du National 1, Sébastien Cuvier, 22 buts. La réserve, 9e de son groupe, conserve sa place en National 3.

 

L’effectif 1995-1996


Gardiens :
Nicolas Dehon, Jean-Marie Gomes, Régis Henray, Alexandre Minisini.

Défenseurs : Mohamed Bradja, Nicolas Forge, Eric Gagneux, Xavier Legaz, Hervé Louis-Marie, Pascal Louvrier, Jean-Louis Montero, Edouard Thomas.

Milieux : Mohamed Camara, Richard Jezierski, Bosko Kovrlija, Christophe Laigneau, Samuel Larique, Christophe Le Grix, Laurent Marchand, Carlos Pinho.

Attaquants : Amar Bouchemla, Sébastien Cuvier, Cédric Lamotte, Franck Maufay, Samuel Petitjean .

FIL INFO

La Boutique de l'Estac

La boutique de l'Estac

Voir
Billetterie en vente Billetterie

Billets en vente

Réservez vos billets