Saison 1992-1993

Saison 1992-1993

Les instances du football, en cette année 92, ont décidé une refonte des championnats pour la saison 93-94, avec la création d’une 2e Division à poule unique, au lieu des deux actuelles. Derrière celle-ci, il y aura un championnat dit National, à trois niveaux, pour les clubs amateurs. Exit la 3e et la 4e Division, place au National 1, 2 et 3.

L’ATAC va de nouveau évoluer dans le groupe Est de 3e division. Si, à priori, elle ne nourrit pas l’objectif d’accéder à la future Super D2, elle aimerait plutôt se qualifier pour le National 1. Pour cela, il faut terminer second ou troisième, voire faire partie des 4 meilleurs quatrièmes des 6 poules de D3. Sinon, à moins de figurer parmi les deux derniers, ce sera le National 2.Avant même la fin de saison précédente, après que Jean-Louis Coustillet eut annoncé sa décision de quitter ses fonctions d’entraîneur, les dirigeants troyens ont nommé, avec son accord, Patrick Aussems entraîneur-joueur. A 27 ans, l’ancien international espoirs belge a décidé de relever le challenge. La réserve, qui va évoluer en D4, sera toujours dirigée par Gérard Lechenet.

Un début décevantL’effectif va subir un profond remaniement. Nafzger, Miedico, Linger, Montavit, Dewynter, Hitoto, N’Gombé et Dupuy vont quitter le club. En contre-partie,vont arriver : Olivier Tingry, un jeune gardien de 20 ans venu de Reims, Fabrice Harvey, un Troyen, ex-joueur du Taf, du PL Foot, passé ensuite professionnel à Chaumont et qui était le capitaine d’Orléans en 2e Division, Dominique Paternoga qui arrive de Calais, Armando Alonzi venu de Melun, Marc Gauthier transfuge de Baume-s/l’Isle, Jérôme Monier qui était à Reims, Georges Mouyémé international camerounais de 21ans, ex-Saint-Lô, mais qui ne jouait pas la saison passée, habitant à Troyes chez sa belle-sœur et Stéphane Grenier, 20 ans, du Stade Auxerrois, qui rejoint son frère jumeau Jérôme, arrivé une année plus tôt.

Après un stage en Belgique, à Spa, l’équipe troyenne débute son championnat par une victoire, le 16 août, à Strasbourg, 2-0. Cette victoire, obtenue face à une réserve professionnelle, grâce aux buts de Paternoga et Mouyémé, soulève beaucoup d’espoirs. Hélas, la suite ne sera pas aussi brillante. Une semaine plus tard, 1751 spectateurs se pressent au stade de l’Aube, mais c’est pour assister à la défaite troyenne, 3-2, devant la réserve professionnelle de Mulhouse. Une autre défaite suivra, à Viry-Chatillon, 2-1, puis Dijon viendra tenir en échec l’équipe du capitaine Laigneau (2-2). L’Atac va tout de même réagir et s’imposer à Yutz, 2-1, puis remporter son premier succès à domicile, le 16 septembre, contre Noisy-le-Sec, 3-2. Revenue à 1 point du leader, le Racing 92, on l’a croit enfin bien partie. La correction (5-1) ramenée de Metz et infligée par la réserve lorraine fait déchanter. Patrick Aussems dont, manifestement, le message ne passe pas auprès de tous les joueurs, à quitter son équipe à la mi-temps pour mieux observer son comportement. Il décide de ne plus jouer momentanément. L’ATAC va battre Hagueneau, 1-0, à domicile, mais va ensuite chuter chez le leader, le Racing (1-0) et à la maison devant Nancy (3-2). L’équipe est 9e, le public est mécontent et plus rare, moins d’un millier pour la venue de la réserve nancéenne.

Le retour aux affaires de Pierre FlamionLe 20 octobre, le président Michel Santier et son comité décident de retirer l’équipe à Patrick Aussems et de la confier à Pierre Flamion. A 68 ans, l’ancien entraîneur du Taf, vice-président de l’ATAC, retrouve donc le terrain. Aussems, lui, redevient simple joueur. Flamion va s’attacher à repositionner chaque élément. Il ne révolutionne rien. Il tient d’abord à redonner de la confiance à un groupe qui ne manque pourtant pas de qualité. Il ne va pourtant pas immédiatement obtenir les résultats escomptés : défaites à Besançon (1-0), à Sochaux, réserve pro (3-2), à Mulhouse, réserve pro (2-0) et à domicile contre le nouveau leader Aubervilliers (1-0), nul à Thionville (1-1), une seule victoire, au stade de l’Aube, le 5 décembre, devant l’avant-dernier Baume-s/l’Isle (2-0). Si bien qu’à la fin de l’année, l’ATAC est avant-dernière avec les Baumois. Seule consolation, le parcours en coupe de France. Les Troyens ont, tour à tour, sorti Bologne (PL) 2-0, Saint-Dizier (D4) 1-1après prolongation et 4-3 au tirs au but, à chaque fois en Haute-Marne, puis Sens (D4), à Troyes, 3-1. Entre temps, fin octobre, le club troyen a engagé un milieu de terrain qui évoluait précédemment en 2e division à Alès et qui n’avait pas retrouvé d’équipe. Jean-Philippe Faure débutera contre Bologne en coupe de France. Le 17 novembre, Michel Santier annonce qu’il quittera la présidence le 31 décembre, tout en restant au comité directeur. Son successeur va donc être élu un mois plus tard et ce sera Angel Masoni, vice-président, chef d’entreprise dans le domaine du béton, ancien président de la section football de l’ASTS et du PL Foot, très actif dans le milieu footballistique.

Près de l’exploit contre SedanL’année 93 commence avec une large victoire à domicile (6-0) face à Viry-Chatillon. Mais l’équipe s’incline ensuite à Dijon, 2-0. Il faut dire que l’ATAC à la tête ailleurs. Le tirage au sort du 8e tour de la coupe de France lui a désigné Sedan, 2e Division, comme adversaire, à Sedan, et sous les caméras de France 2. Le 30 janvier, en direct, pour la première fois, un match d’une équipe troyenne est télévisé ! Devant les professionnels sedanais, les Troyens vont faire mieux que se défendre. Ils vont se créer des occasions, surtout par Delibasic, sans parvenir toutefois à tromper Rodolphe, le portier ardennais. 0-0. Il faudra jouer la prolongation qui, dès la 93e minute, sera fatale à l’équipe auboise. Sur penalty, Runiac donnera l’avantage à son équipe et, malgré tous ses efforts, L’ATAC ne reviendra pas. En championnat, elle tâtonne encore. Elle reçoit et bat Yutz 4-1 mais elle perd à Noisy 2-0.

À deux points près. Pourtant, il y a du mieux depuis le début de l’année et ce match contre Sedan qui a resserré les liens entre les joueurs. L’Atac va devenir irrésistible à domicile et battre Metz 3-1, le Racing 3-1, Besançon 3-0, Thionville 1-0, Sochaux 2-0 et Strasbourg 2-0. Hors de ses bases, elle obtient le nul à Hagueneau 0-0, à Aubervilliers, le leader, 1-1 et s’impose à Baume-Isle 2-0, ne concédant qu’une seule défaite sur les dix derniers matches, à Nancy, 2-1. Elle terminera 6e à 2points du 4e, Besançon, qui jouera les barrages et accèdera au National 1. L’ATAC, avec ses buteurs (2e attaque) Delibasic (12 buts), Paternoga (11 buts) et Mouyémé (8 buts), évoluera en National 2, avec un nouvel entraîneur après l’intérim de Pierre Flamion : Alain Perrin. A noter la belle seconde place de la réserve en D4.

 

L’effectif 1992-1993


Gardiens :
Nicolas Dehon, Olivier Tingry.

Défenseurs : Armando Alonzi, Patrick Aussems, Mohamed Bradja, François Defaix, Eric Gagneux, Stéphane Grenier, Fabrice Harvey, Pascal Louvrier, Jean-Louis Montero, Johan Petitjean, Eric Soulié, Edouard Thomas.

Milieux : Jean-Philippe Faure, Jérôme Grenier, Christophe Laigneau (cap.), Samuel Larique, Laurent Le Fèvre, Laurent Marchand, Dominique Paternoga.

Attaquants : Zoran Delibasic, Marc Gauthier, Salim Kersena, Jérôme Monier, Georges Mouyémé, Samuel Petitjean

 

FIL INFO

La Boutique de l'Estac

La boutique de l'Estac

Voir
Billetterie en vente Billetterie

Billets en vente

Réservez vos billets