Estac Troyes

Fil infos

Féminines : une histoire de pénalties

Dimanche 02 Décembre 2018 à 22h22

Il leur fallait gagner pour se rapprocher du leader qu’elles recevaient cet après-midi à Henri-Terré. Au minimum, elles ne devaient pas perdre pour rester au contact de ces joueuses de Charleville-Neufmanil que l’ancien défenseur de l’Estac, Ibrahima Faye a rejoint au sein du staff technique. Les féminines troyennes n’ont finalement pas gagné mais n’ont pas perdu non plus : 2-2. Elles ne sont donc plus maîtresses de leur destin. Mais elles pourront méditer sur leur propension à concéder actuellement autant de pénalties : deux en Coupe de France la semaine dernière et deux nouveaux cet après-midi, s’ajoutant à celui d’il y a deux semaines au match aller dans les Ardennes. Pour le reste, elles se sont plutôt bien comportées, dans le jeu comme dans l’esprit, manquant cependant de réalisme et d’efficacité.

Comme prévu, c’était la jeune Cassandra Herblot, 20 ans, qui gardait les buts troyens et Charlotte Bertholle, absente lors des deux matches précédents, était de retour. En revanche, l’Estac était privée de Zoé Cochain, suspendue. Le début de rencontre était équilibré et la première occasion était troyenne, sur un coup-franc aux 20 mètres que Mélissa Naudot frappait légèrement à gauche du but visiteur (14’). Coup de théâtre à la 16’ : l’avant-centre ardennaise s’engageait dans la surface troyenne entre deux auboises et s’écroulait. Le pénalty n’était pas contestable et était aussitôt transformé. La réaction des joueuses de Thierry Blanchot était immédiate et, dès lors, elles allaient dominer la rencontre, multipliant les mouvements, sans pour autant oublier toute prudence devant des Ardennaises toujours prêtes à placer un contre. Les opportunités d’égalisation ne manquaient pas : 18’ : tête d’Inès Moussaoui sur un coup-franc de Mélissa Naudot, 25’ : frappe d’Anna Chaysinh à gauche, et puis, à la 29’, un nouveau coup-franc était repris victorieusement par la tête de Louise Guiguet. L’Estac recollait. Sa réussite l’encourageait à insister et, après un tir de Cynthia Cabaup trop enlevé (34’), un nouveau coup-franc à plus de 30 mètres à gauche, était frappé par Mélissa Naudot et repris de la tête au second poteau par Inès Moussaoui. Les joueuses de Thierry Blanchot passaient devant. Dans la foulée, pour contestation, l’arbitre expulsait temporairement une défenseure carolomacérienne. A la pause, l’Estac était dans les temps.

A la reprise, les Troyennes se réinstallaient dans le camp visiteur. Cynthia Cabaup voyait la gardienne détourner son tir cadré en corner (46’). Sur celui-ci la reprise de la tête de Louise Guiguet passait au-dessus de la transversale. Charleville ne restait pas sans réaction. Après un contre menaçant à la 48’, une grosse action confuse devant le but de Cassandra Herblot consécutivement à un corner, était finalement maîtrisée tant bien que mal (64’). Dans la minute suivante, une transversale d’Inès Moussaoui trouvait Charlotte Bertholle dont la reprise prenait trop de hauteur. Celle-ci plaçait encore une tête au-dessus du but ardennais (71’). Charleville égalisait à la 82’ mais le but était invalidé pour une faute sur la gardienne troyenne. Mais à la 84’, cette dernière était obligée d’aller intervenir à la droite de sa surface après avoir repoussé une première tentative visiteuse, mais elle déséquilibrait l’avant-centre ardennaise. Le pénalty était justifié. Après une longue interruption pour soigner la joueuse de Charleville qui se plaignait du dos, la sanction était exécutée par la même auteure du premier coup de pied de réparation. Tout était à refaire pour les Auboises qui se jetaient sur tous les ballons pour arracher la décision. A peine entrée en jeu, Orokia Sissoko plaçait une tête sur le poteau. La balle de match revenait finalement à Inès Moussaoui, sur coup-franc aux 20 mètres, dans l’axe. Bien frappé, le ballon était repoussé sur la ligne au ras du poteau gauche. La réussite n’aura pas choisi l’Estac. C’était le principal regret de Thierry Blanchot : « On ne peut pas se cacher derrière les deux pénalties. C’est dommage et frustrant. Les filles ont fait le match qu’on attendait d’elles. Menées, elles n’ont pas lâché et ont marqué deux beaux buts.  Charleville était venu pour défendre et était bien organisé. A l’entraînement, nous avons travaillé toute la semaine devant le but. Et pourtant aujourd’hui, nous avons manqué de réalisme malgré de nombreuses opportunités. Mais pas d’engagement, de détermination et de solidarité. Nous sommes dans une phase négative. Disons que nous étions malades mais que nous sommes en voie de guérison. Le championnat n’est pas fini mais nous n’avons plus notre destin entre nos mains, ou nos pieds. »

L’Estac alignait : Herblot – Annequin (Sissoko 85’), Naudot, Caye, Guiguet – Stépien, Dautun (Adam 72’), Cabaup - Moussaoui, Bertholle, Chaysinh (Rollin 74’). 

FIL INFO

La Boutique de l'Estac

La boutique de l'Estac

Voir

Autour de l'Estac