Estac Troyes

Fil infos

Les cadeaux des féminines

Dimanche 25 Novembre 2018 à 19h54

Les féminines sont sorties de la Coupe de France par la petite porte cet après-midi à Henri-Terré, éliminées par les Doubistes de l’US Saint-Vit, le 2e du championnat de Régional 1 de Bourgogne-Franche-Comté, 6-1. C’est lourd, trop lourd si on compare le score avec la physionomie du match. Certes, la qualification des Saint-Vitoises ne souffre d’aucune contestation, mais les Troyennes ont commis certaines erreurs défensives, inhabituelles, qui ont bien profité à leurs adversaires et gonflé le score. Indiscutablement, l’équipe rencontre certaines difficultés sur le plan défensif. Dix buts encaissés en deux matches, c’est du jamais vu. C’est donc de ce côté qu’il va falloir améliorer les choses au risque de ne pouvoir parvenir à l’objectif majeur de la saison. On pense bien-sûr au poste de gardienne qu’assure avec beaucoup de mérite Naomie Vié. Mais en assurant l’intérim dans les buts troyens, elle manque dans le champ. En l’absence de la titulaire, Eloïse Pétillat, qui sera opérée des croisés du genou le 18 décembre, l’Estac doit au plus vite trouver une gardienne d’expérience. Reste qu’aujourd’hui, c’est l’ensemble de l’équipe qui a manqué de rigueur défensive et fait preuve de naïveté dans ce domaine. Car il n’y a pas cinq buts d’écart entre les deux équipes sur le plan de la valeur individuelle des joueuses, ni même dans l’expression du jeu collectif.

L’Estac a d’entrée été handicapée par la défection de dernière minute de son attaquante buteuse Charlotte Bertholle, malade, terrassée par une gastro entérite. Une absence qui avait déjà, pour des raisons tenant à ses études cette fois, nuit au rendement de son équipe une semaine plus tôt à Charleville (0-4) en championnat. Après cinq minutes de jeu durant lesquelles l’Estac avait fait illusion, Saint-Vit avait affiché une meilleure maîtrise. La vivacité de ses joueuses excentrées avait de quoi inquiéter. C’est à la réception d’un centre de la droite que les visiteuses ouvraient le score à la 11’. A la 23’, Naomie Vié, la gardienne troyenne, sortait le grand jeu pour repousser un ballon de but puis payait de sa personne pour se jeter au devant de la reprise à bout portant. Le souffle coupé, elle restait à terre un moment avant de retrouver ses esprits. A la 34’, à l’entrée de la surface troyenne, Eden Caye crochetait malencontreusement l’attaquante saint-vitoise qui venait d’y pénétrer. Le pénalty était transformé et le break obtenu par les Doubistes. Deux minutes plus tard, celles-ci étaient toute proches du 3e but lorsque l’avant-centre visiteuse faussait compagnie à la défense troyenne pour se présenter seule devant Naomie Vié qui, heureusement bien sortie venait stopper la percée saint-vitoise. Deux minutes s’écoulaient à peine avant que la même situation se présente mais cette fois, l’attaquante visiteuse contournait la gardienne auboise avant de loger le ballon dans le but vide. A 3-0, les affaires de l’Estac étaient fortement compromises. Les Troyennes avaient deux réactions avant la mi-temps, d’abord par Sarah Rollin qui butait sur la gardienne franc-comtoise (43’) puis par Orokia Sissoko dont la tentative était repoussée au pied de son poteau gauche par la gardienne en corner. Dans la continuité, Saint-Vit concédait un second corner sur lequel la tête d’Orokia Sissoko obligeait la gardienne à se coucher sur sa ligne de but pour bloquer le ballon (45’+1).

L’Estac étaient mieux dès la reprise et carrément entreprenante, et sur un coup-franc de la droite, Zoé Cochain trouvait Anna Chaysinh, fraîchement entrée, pour une reprise imparable au second poteau et la réduction du score (60’). On se mettait à espérer du côté troyen, mais Saint-Vit ramenait vite les joueuses de Thierry Blanchot à la raison. La petite attaquante excentrée gauche s’échappait pour venir tromper Naomie Vié (70’). Un coup-franc de Mélissa Naudot ne prendra pas en défaut la gardienne visiteuse (81’), avant que Sirine Mimouna ne commette une faute à l’entrée de la surface qui sera sanctionnée d’un second pénalty, creusant l’écart (85’). Une nouvelle échappée solitaire saint-vitoise alourdira la note (88’).

Thierry Blanchot analysait la situation avec beaucoup de réalisme : « On est dans le dur. Bien-sûr, l’absence de dernière minute de Charlotte Bertholle, qui généralement fixe la défense adverse, a constitué un handicap de départ, même si Sarah (Rollin) qui l’a remplacée a fait un bon match. Nous sommes dans une mauvaise passe avec cette sévère élimination qui fait suite à notre large défaite à Charleville en championnat. Rien ne rigole. La réaction, c’est de faire profil bas et de travailler nos points faibles. On offre carrément plusieurs buts. Je retiens tout de même du positif et ces vingt premières minutes de la seconde mi-temps, avec notre réduction du score. Ça n’a pas fait douter nos adversaires malheureusement mais nous avons mieux joué durant ce temps-là. Nous allons jouer une grosse partie de notre saison dimanche prochain en recevant Charleville, le leader, pour le match retour du championnat. J’attends une réaction des filles. »

L’Estac alignait : Vié – Sissoko (Chaysinh 50’), Naudot, Caye, Adam – Dautun (Stépien 74’), Cochain, Cabaup – Moussaoui, Rollin, Annequin (Mimouna 72’).  

FIL INFO

La Boutique de l'Estac

La boutique de l'Estac

Voir

Autour de l'Estac