Estac Troyes

Actualités

Jonathan Tinhan : « On ne peut pas se relâcher »

Mercredi 07 Novembre 2018 à 22h48

Entré samedi à la 80’ de cet Estac-Valenciennes d’anthologie, Jonathan Tinhan a bien contribué à ce final de folie. Comme tous ses coéquipiers, il a appuyé chaque offensive troyenne pour tenter d’arracher au minimum le point du nul. Une remontada qui aura même dépassé toutes les espérances à partir du moment où la rencontre est entrée dans le temps additionnel de six minutes, après que Jérémy Cordoval eut repositionné son équipe sur la même ligne que son adversaire. Yoann Touzghar l’amena devant dès la seconde minute dans une ambiance déchaînée. C’est alors, au bout du bout, que Benjamin Nivet ouvrait en direction de Jonathan pour lui permettre de « poser la cerise sur le gâteau ». Score final : 4-2 pour l’Estac, trois points et… premier but de Jonathan Tinhan en championnat sous le maillot de l’Estac. Il avait cependant déjà marqué, au Stade de l’Aube, mais c’était en Coupe de la Ligue, le 28 août, contre Clermont (3-1).

Jonathan, ce premier but en championnat, tout le monde l’attendait !

Pas plus que moi ! Mieux vaut tard que jamais. Je suis content que ce soit arrivé. C’est un soulagement. On peut dire ce qu’on veut mais je vous assure que psychologiquement, ça pèse.

Vous et vos coéquipiers avez mis du temps à vous imposer. Comment et pourquoi ce fut si compliqué ?

Ça s’est dessiné à la 93’. C’est difficile de faire plus long. Personnellement, je ne pense pas que ce fut si difficile.  Si on ouvre le score en première mi-temps, ce n’est plus le même match. On a eu des occasions. On réalise une bonne entame. A ce moment, on a eu du mal à marquer et c’est nous qui concédons deux buts. On a proposé du jeu plus direct en deuxième mi-temps. Puis il y a eu ce carton rouge pour Valenciennes et on a su en profiter.

Il reste six matches avant d’atteindre la fin des matches aller et la trêve hivernale. Quel matelas de points faudrait-il atteindre d’ici-là pour garder un intérêt dans ce championnat ?

Sur les cinq dernières journées, avec 12 points sur 15, on est premier. Si on est encore dans cette position à ce moment-là, on aura fait du bon boulot.

Justement, l’Estac doit-elle encore continuer de faire preuve de modestie après ces derniers résultats ?

Avant d’avoir un objectif élevé, il faut d’abord enchaîner de bons résultats à domicile. On doit devenir une forteresse difficile à prendre au Stade de l’Aube. Il n’y a rien jusqu’à présent qui prouve qu’on peut le devenir tant il est vrai qu’on n’a jamais survolé nos matches chez nous. On doit d’abord s’attacher à ça avant d’ambitionner autre chose.

Justement l’Estac ne se montre-t-elle pas exagérément prudente à domicile ?

Non, parce que les adversaires viennent tous avec les mêmes ambitions et jouent tous de la même façon. On a tablé sur la conservation du ballon. Ça ne nous a pas empêché de perdre en début de saison. Au fond, qu’est-ce qui compte ? C’est de marquer un but de plus que l’adversaire. Il est sûr que plus nous serons en possession du ballon, moins il sera dans les pieds de nos adversaires. Mais si nous ne l’exploitons pas cette possession, à quoi ça sert ? Il faut être réaliste et solide. La prudence n’empêche pas l’ambition.

Les déplacements à Ajaccio sont toujours des destinations difficiles. Aller au Gazelec ne l’est-il pas encore plus ?

Non, pas spécialement. C’est une équipe qui a eu du mal, vient de changer d’entraîneur et qui vient de gagner le derby ajaccien sur le terrain même de son voisin. Cela lui donne de la confiance pour la suite et il faudra être vigilant. D’autant que l’équipe dispose d’un bel effectif sur le papier, avec des individualités qui ont largement le niveau. Autant dire qu’on ne peut pas se relâcher là-bas.

 

FIL INFO

La Boutique de l'Estac

La boutique de l'Estac

Voir
Billetterie en vente Billetterie

Billets en vente

Réservez vos billets

Autour de l'Estac