Estac Troyes

Fil infos

#ESTACVAFC : les déclas

Samedi 03 Novembre 2018 à 17h53

Mais quel match !! Avec exactement la même composition qu’à Grenoble, les Troyens débutaient timidement la rencontre, comme leur adversaire Valenciennes. L’ouverture du score aurait pu intervenir à la 24’, avec une frappe des 16 mètres de Johann Obiang qui frôlait le montant gauche de Damien Perquis, ou à la 28’ lorsque, servi par Bryan Pelé, Kevin Fortuné croisait trop sa frappe… Mais ce sont les visiteurs qui allaient avoir de la réussite, contre le cours du jeu à la 34’, par Mauricio. Et comme si cela ne suffisait pas, les Valenciennois profitaient d’un contre à la 39’ pour doubler la mise, par Roudet. 

Menés 2-0 à la pause, les Troyens pouvaient nourrir quelques regrets et la tâche s’annonçait assez difficile. Mais à la 50’, Yoann Touzghar parvenait à réduire le score, redonnant confiance à l’équipe. L’entrée en jeu de Benjamin Nivet à la 55’ amenait clairement du lien au milieu de terrain et a fait beaucoup de bien. Alors que Valenciennes était réduite à 10 depuis la 70’ suite à l’expulsion de Cuffaut pour un tacle en retard sur Johann Obiang, les hommes de Rui Almeida continuaient de presser sur le but adverse et l’égalisation semblait se rapprocher. Il aura fallu pourtant attendre la toute fin de match pour la voir arriver…et quelle fin de match ! C’est Jérémy Cordoval qui allait s’en charger, d’une frappe missile des 20 mètres (90’)..le premier but de sa carrière professionnelle ! Mais les coeurs bleus et blancs du Stade de l’Aube n’allaient pas finir de battre fort, puisque juste après, Yoann Touzghar allait donner l’avantage aux Troyens, de la tête (91’). Il ne restait que quelques minutes avant le coup de sifflet final et la victoire 3-2 semblait acquise. Mais c’était sans compter la rage de Jonathan Tinhan, entré en jeu à la 80’, qui inscrivait son premier but sous les couleurs troyennes en championnat et permettait au Stade de l’Aube d’exulter (sur le terrain comme dans les tribunes).

Certes il y aura toujours des choses à redire sur ce match, des choses à travailler, à gommer, à corriger…mais personne n’enlèvera à cette équipe sa force mentale. La solidarité dont les Troyens ont fait preuve aujourd’hui aura payé et cette victoire est méritée. C’est aussi ça le football : 95 minutes pour vivre une palette d’émotions, et c’est encore plus beau quand ça se finit par une victoire à la maison. 

L’Estac se déplacera la semaine prochaine en Corse, pour affronter le Gazélec d’Ajaccio et confirmer les efforts faits aujourd’hui. Prochain rendez-vous au Stade de l’Aube le 23 novembre pour la réception de Lorient.

 

Réginald Ray (entraîneur de Valenciennes) : 

« Quand on a le match en mains comme ça, on ne peut pas le perdre. On ne peut pas expliquer la façon dont on perd. On donne la victoire à Troyes, qui va la chercher. On va chercher le carton rouge, on n’enchaîne plus trois passes, et arrive ce qui doit arriver. En seconde période, nous avons paniqué à la moindre occasion, et nous n’avions plus de maîtrise technique. »

 

Rui Almeida (entraîneur de l’Estac) :

«  Je le dis toujours, un match dure 96 minutes et tout est possible jusqu’au bout. J’espère que cette victoire va être un tournant dans la relation entre les supporters et l’équipe troyenne. Les joueurs ont tout donné aujourd’hui. Il faut bien comprendre qu’une passe en retrait n’est pas toujours négative et peut intervenir pour réorienter le jeu vers une autre zone offensive du terrain.
Le scénario est intéressant, revenir de 0-2 à 4-2, c’est important pour la dynamique du groupe. Depuis la fin du mercato, nous sommes la troisième meilleure équipe. Il faut continuer à gagner des matches, prendre des points et si on peut combiner le spectacle, c’est génial. 
Notre adversaire nous créait des problèmes. A la mi-temps, j’ai simplement dit à mes joueurs de rester concentrés et d’appliquer ce dont nous avions parlé avant le match. 
Les supporters ont beaucoup aidé l’équipe à revenir au score et à remporter ce match. Sur 21 points possibles, nous en avons remporté 16. C’est pas mal je pense.
 » 

 

Jonathan Tinhan (attaquant troyen) : 

«  On se sentait supérieurs à notre adversaire. A 0-0, on avait eu les occasions pour mener au score. On n’a jamais douté et on y a cru jusqu’au bout. A la mi-temps, on a eu des mots positifs. En deuxième période, on a joué plus direct et verticalement pour mettre Valenciennes en difficulté, qui jouait bien regroupé derrière, ce n’était pas facile. Ça fait du bien de gagner à domicile. C’est mon premier but en championnat avec l’Estac, je l’attendais depuis longtemps, il fait du bien. J’espère que ce n’est que le début. On va travailler encore pour.
Notre groupe vit très bien, il y a une bonne ambiance et on se tire tous vers le haut. 
L’entrée de Benjamin a fait du bien entre les lignes. Face à un bloc bas, un tel joueur nous permet d’avoir des ballons devant.
 »

FIL INFO

La Boutique de l'Estac

La boutique de l'Estac

Voir
Billetterie en vente Billetterie

Billets en vente

Réservez vos billets

Autour de l'Estac