Estac Troyes

Pros

Rayan Raveloson : « Devenir international me tire vers le haut »

Mercredi 03 Octobre 2018 à 18h15

Lundi soir, Rayan Raveloson a débuté le derby Estac-AJA sur le banc de touche. Il restait pourtant sur cinq titularisations et sept apparitions en Domino’s Ligue 2, sans compter les deux tours de Coupe de la Ligue, assorti d’un but. Lui qui avait ouvert le score contre Niort pour placer son équipe sur le chemin d’un premier succès à domicile, a pourtant été appelé à la mi-temps pour consolider encore un peu plus le milieu de terrain troyen. Il aura donc contribué à la nouvelle réussite locale qui confirme le renouveau de l’Estac. Tout va donc pour le mieux dans le meilleur des mondes pour le jeune (21 ans) ancien tourangeau arrivé cet été. Sur le plan privé, profitant de la dernière trêve internationale, il s’est marié, et, sportivement, il vient d’être convoqué pour la première fois en équipe nationale de Madagascar, pour rencontrer la Guinée équatoriale en matches aller et retour, dans le cadre des éliminatoires de la CAN 2019.

Rayan, vous vous apprêtez à connaître votre première sélection avec l’équipe nationale de Madagascar, pour disputer les éliminatoires de la CAN 2019. Que va vous apporter ce nouveau statut d’international ?

Que du bon j’espère. Je sais déjà que ça va m’apporter en tant qu’homme. En tant que footballeur, connaître des situations différentes qu’en club va me faire gagner en expérience. Et puis c’est extraordinaire de jouer pour un pays, devant les supporters d’une nation. C’est une autre dimension.

On a tendance à attendre un peu plus des joueurs internationaux. Est-ce que ce nouveau statut ne va pas justement vous apporter une pression supplémentaire pour jouer avec votre club, l’Estac ?

Etre international me tire vers le haut et me pousse à me dépasser encore plus. J’essayerai toujours de satisfaire au maximum les attentes qu’on a de moi, tout simplement.

Lundi, vous avez débuté le derby contre Auxerre sur le banc, et vous êtes entré en jeu à la mi-temps. Cela vous a-t-il surpris ?

J’ai commencé à m’échauffer avant la fin de la première période, mais je ne savais pas trop pourquoi. J’observais chacun de mes coéquipiers sur le terrain pour voir s’il n’y avait pas un blessé. A ce moment, Yohan Tavares boitait un peu parce qu’un attaquant lui avait marché sur le pied. Lorsqu’il allait mieux, j’ai pensé que j’allais me rassoir et ne pas entrer en jeu. Mais à la mi-temps, Pascal Faure, le préparateur physique, m’a annoncé que j’allais rentrer, puis à la fin de son discours, le coach m’a dit que j’allais remplacer Jérémy Cordoval. En tant que joueur, on respecte les choix du coach et on doit toujours se tenir prêt à entrer en jeu. C’est ce que j’ai fait.

Lors de ce match, on a eu l’impression qu’il ne pouvait guère arriver de malheur à l’Estac. Auxerre avait une meilleure possession du ballon, mais n’arrivait pas à finir ses actions, il y avait du déchet dans son jeu et elle était souvent piégée en position de hors-jeu. Est-ce la confiance engendrée par l’ouverture rapide du score qui vous a donné force et confiance ?

Bien-sûr. L’équipe qui marque en premier dans un match a forcément un peu plus de confiance que son adversaire. Dans nos têtes, on était plus libérés, et je pense qu’à l’inverse, les Auxerrois ont commencé à s’inquiéter, surtout qu’avant le match, ils se trouvaient dans la même situation que nous au classement. Grâce à ce but, nous avons réussi à prendre confiance, à jouer solides, tout en étant solidaires. Certes, les Auxerrois nous ont plus souvent dominés, mais si on prend à chaque fois trois points dans des conditions identiques, je signe tout de suite.

On suppose que vous aviez la consigne de sortir le ballon le plus vite possible pour contrer l’adversaire ? Ça a d’ailleurs failli payer à plusieurs reprises…

La consigne était d’être très solides et de profiter des largesses de la défense auxerroise, qu’on avait pu observer en séance vidéo. C’est ce qu’on a fait, même si on n’a pas su concrétiser les occasions et marquer un second but (ndlr : avant l'heure de jeu, Rayan a manqué d'un rien d'inscrire de la tête un second but et il a fallu une claquette de Michel, le gardien auxerrois, pour l'en empêcher. Voir ci-dessus l'action photographiée sous deux angles différents).

Vous avez des affinités au milieu du terrain avec Christopher Martins Pereira : vous avez le même âge, presque le même gabarit et vous êtes tous les deux des battants. Est-ce quelqu’un avec qui vous vous entendez bien, sur le terrain comme en dehors ?

Je m’entends bien avec Christopher, comme avec tout le monde. Mais c’est vrai qu’être de la même génération, ça aide. On a vécu les mêmes choses en même temps, chacun de notre côté. On se comprend. Et puis, notre victoire contre Niort, pour la première fois que nous jouions ensemble, nous a donné confiance. C’est important de connaître son coéquipier et de savoir qu’avec lui, on peut aller à la guerre, qu’on peut compter sur lui, comme il peut compter sur nous. Avec Christopher, on se sert de notre complicité sur le terrain.

Avant de partir disputer les éliminatoires de la CAN, vous allez vous déplacer à Châteauroux ce vendredi. C’est un match tout aussi important que celui que vous venez de gagner contre Auxerre, puisque cette victoire vous a permis de revenir à la hauteur des Berrichons. Cette rencontre constitue-t-elle une étape de plus dans la remontée de l’Estac au classement ?

C’est une rencontre importante, comme toutes les autres. On est des compétiteurs et on veut toujours gagner, surtout quand on joue à Troyes et qu’on connaît les ambitions du club. Peu importe l’adversaire, on veut les trois points. On n’a pas perdu depuis trois matches et on souhaite continuer sur notre lancée.

Châteauroux a encaissé cinq buts à Brest lors de la dernière journée… A quel match faut-il s’attendre ?

Il faut s’attendre à ce qu’ils attaquent fort. Connaissant un peu les joueurs et le club, je pense qu’ils seront revanchards et voudront faire oublier leur dernier match aux supporters de la Berrichonne. Mais nous, on sera prêt à batailler !

FIL INFO

La Boutique de l'Estac

La boutique de l'Estac

Voir

Autour de l'Estac