Estac Troyes

Pros

Aloïs Confais : « On doit maintenant avancer »

Mardi 11 Septembre 2018 à 22h25

Il vient seulement d’avoir 22 ans, vendredi dernier, au moment où il jouait en amical à Mouscron. Ils ne sont pas si nombreux les joueurs aussi jeunes à présenter le vécu d’Aloïs Confais : 76 matches professionnels en trois ans dont 30 en Ligue 1. Une belle petite expérience pour Aloïs qui a déjà cette saison disputé quatre rencontres de Domino’s Ligue 2 et les deux matches de Coupe de la Ligue, et qui devrait lui permettre de tirer son épingle du jeu alors que la concurrence est forte au milieu du terrain troyen. Avant la visite de Niort et la nouvelle quête d’une victoire pour l’Estac, Aloïs se livre à une analyse lucide de la situation.

Aloïs, on avait espéré que la qualification en Coupe de la Ligue contre Clermont et la manière avec laquelle elle avait été acquise, aurait constitué un déclic décisif. Or, ce déclic ne s’est pas produit et l’Estac s’est de nouveau inclinée en championnat chez le Paris FC. Qu’est-ce qui a grippé le moteur ?

A Paris, ça n’était pas le même contexte, pas le même match. La coupe, c’est une compétition à élimination directe et les équipes ne se livrent pas de la même façon dans une épreuve se jouant sur la longueur comme le championnat. Trois jours après notre qualification, on n’avait pas tout-à-fait les mêmes ingrédients à mettre dans notre prestation à Paris. On a failli dans plusieurs domaines comme l’analyse vidéo qui a suivi nous l’a révélé. Notre match à Mouscron a confirmé que nous étions capables de présenter un autre visage. On doit rester sur cette dynamique.

La trêve internationale a-t-elle été utile en permettant de mettre les choses à plat ?

Je pense et espère que oui. On a bien travaillé et on a beaucoup analysé tout ce qui n’avait pas été. On doit maintenant régler les choses et avancer sur tous les points où on s’est trouvé en difficulté. C’est dans ce sens que nous aurons travaillé ces deux semaines. On en attend maintenant la confirmation sur le terrain.

Cette trêve a servi aussi à l’intégration des joueurs nouvellement arrivés…

Oui, c’est sûr. Il faut faciliter l’adaptation des derniers arrivés au projet de jeu fixé par le coach. Ils vont devoir très vite tirer dans le même sens. Dans cette optique, la trêve nous a aidés à les intégrer.

L’effectif du milieu de terrain notamment est important. Comment vivez-vous cette concurrence ?

Cela fait partie de la vie d’un footballeur. La concurrence permet de vous tirer vers le haut pour gagner sa place. Dans ma tête, je sais que je ne lâcherai rien. A moi de travailler le plus sérieusement possible pour gagner du temps de jeu et de répondre présent à chaque fois que le coach fera appel à moi. Chaque jour, il y a du positif à apporter. La concurrence et l’émulation qui en résulte, permettent de tirer le maximum de chacun.

Votre adversaire ce vendredi au Stade de l’Aube, a réussi un très bon début de championnat. Est-ce étonnant de trouver Niort à cette 3e place ?

Non, parce que les Chamois ont mis les ingrédients pour en arriver là. Ils ont beaucoup modifié leur effectif, l’ont rajeuni et ils évoluent avec enthousiasme. Mais pour nous, ça ne change en rien notre volonté de repartir de l’avant et de gagner notre premier match à domicile. Pour cela, il sera impératif de nous montrer tous solidaires pour aller ensemble chercher ce résultat positif.

FIL INFO

La Boutique de l'Estac

La boutique de l'Estac

Voir
Billetterie en vente Billetterie

Billets en vente

Réservez vos billets

Autour de l'Estac