Estac Troyes

Pros

Ça prend corps

Mercredi 11 Juillet 2018 à 16h54

Le test était attendu. L’Estac se mesurait hier à Verdun au FC Metz, considéré comme le principal favori de la prochaine Domino’s Ligue 2. Avec un entraîneur à la solide réputation, Frédéric Antonetti, et un gros bouleversement de son effectif, le club à la Croix de Lorraine déborde d’ambition. C’est pourquoi on attendait de voir quel visage pourrait présenter l’équipe troyenne contre un tel adversaire. On ne tirera aucune conclusion bien-entendu puisque Messins comme Troyens n’ont pas présenté des compositions type, chaque entraîneur cherchant encore à cerner leurs joueurs et leurs complémentarités. Au final, il existe bien un résultat, 3-2 en faveur des Lorrains, mais le gain de la rencontre aurait pu tout aussi bien revenir aux joueurs de Rui Almeida. Il n’en reste pas moins que de bonnes choses, intéressantes et encourageantes sont apparues côté troyen, avec, entre autres, un Nivet taille patron. En résumé, on pourra dire que chaque équipe aura eu sa mi-temps.

Possession messine en première mi-temps

La première période sera surtout plutôt dominée par le FC Metz, plus agressif dans l’animation, avec une dimension athlétique supérieure aussi. C’est pourtant l’Estac qui obtient le premier corner de la rencontre (7’). Metz le sien à son tour à la 13’. Aucun de ces deux coups-de-pied de coin ne donnera grand-chose. Jason Berthomier trouve Yoann Touzghar dans la profondeur (18’) mais le nouveau portier lorrain, Oudjika, bien sorti, se saisit du ballon avant l’attaquant troyen. Metz combine mieux en ce début de rencontre et, sur corner, la tête de Boye est trop décroisée pour trouver le cadre (21’).  Deux minutes après, Matthieu Dossevi tente une frappe qui passe au-dessus de la cage de Mamadou Samassa. Mais à la 28’, Nguette, très remuant sur son côté droit, échappe à Johann Obiang qui n’a pas d’autre ressource que de l’accrocher par le maillot. Pénalty indiscutable que Dossevi transforme sans coup férir. Sur la lancée, Nguette fuse une nouvelle fois dans son couloir et sert Dossevi au second poteau, esseulé (peut-être hors-jeu), qui n’a plus qu’à pousser le ballon dans le but troyen. Metz concrétise son gros temps fort (35’). Cohade, à la conclusion d’une action Fofana-Diallo, frappe à l’entrée de la surface mais lève trop son ballon (40’). Réaction troyenne avant la mi-temps : Mathieu Deplagne sert Chaouki Ben Saada qui tente un lob qui va retomber juste derrière la transversale messine.

La bonne tenue troyenne en seconde mi-temps

A la reprise de la seconde période, Metz présente une équipe différente, alors que l’Estac a procédé à quatre changements : Nivet, Tinhan, Mbeumo et Sissako remplace Ben Saada, Pelé, Touzghar et Berthomier. Jonathan Tinhan ne tarde pas à faire parler sa vitesse et conclut par une frappe trop enlevée (48’). Tinhan refait des siennes une nouvelle fois côté droit, trouve Benjamin Nivet qui talonne en retrait pour Bryan Mbeumo. Le jeune attaquant troyen ouvre bien son pied pour tromper magistralement le gardien messin, Beunardeau (53’). Après une incursion messine qui débouche sur un corner ne donnant rien, on retrouve le véloce Tinhan, percutant sur son côté pour entrer dans la surface et centrer. Le retour du défenseur luxembourgeois du FC Metz, Jans, évite une possible égalisation troyenne (63’). Si Sabaly contraint Rayan Raveloson à le tacler pour éviter qu’il file au but (65’), les Troyens ont pris le jeu à leur compte et vont égaliser fort justement. C’est encore Tinhan qui en sera à l’origine. Il entre lancé dans la surface messine quand il est déséquilibré par Udol. Pénalty que transforme Benjamin Nivet (73’). L’Estac poursuivait son harcèlement et Warren Tchimbembé, fraîchement entré, adressait une frappe qui passait légèrement à gauche du second poteau lorrain (78’). Un contre messin se concluait par un centre de Hein qui obligeait Rayan Raveloson à concéder un corner, sans suite (81’). Hyun jun Suk entrait en jeu à la 82’ à la place de Bryan Mbeumo et se mettait immédiatement en évidence côté gauche. Son centre à la 85’ trouvait Benjamin Nivet seul au second poteau à moins de deux mètres du but. Probablement surpris, le capitaine troyen manquait son contrôle et sa reprise trop molle ne surprenait pas Beunardeau. La victoire échappait à l’Estac mais pas au FC Metz à qui elle s’offrait deux minutes plus tard sur un débordement et un contre favorable à Sabaly dont le centre en retrait trouvait Ibrahima Niane qui pivotait pour tromper Mamadou Samassa (87’).

A noter que Charles Traoré et Karim Azamoum (douleurs musculaires) avaient été ménagés et exempté du déplacement, de même qu’Adama Niane, malade (céphalées).

Une salle de restaurant avait été réservée à Verdun et l’ensemble du groupe, joueurs et staff, dînèrent ensemble tout en suivant la demi-finale France-Belgique.

FC Metz-Estac : 3-2 (2-0)

Verdun – Parc de Londres – Arbitrage de Romain Lissorgue.

Buts : Dossevi (28’sp et 35’) et I.Niane (87’) pour Metz, Mbeumo (53’) et Nivet (73’sp) pour l’Estac.

Metz (1re mi-temps) : Oukidja – Balliu ? Boye, Selimovic, Udol – Cohade, Fofana – Dossevi, Gakpa, Nguette – Diallo.

(2e mi-temps) : Beunardeau – Jans, Rivierez, Kane, Basin (Udol 70’) – Hein, Poblete (Fofana 80’), Boulaya, Sabaly – N’Diaye, I.Niane.

Estac : Samassa – Deplagne (Cordoval 60’), Giraudon, Vizcarrondo, Obiang – Confais (Berthomier 75’), Raveloson – Pelé (Tinhan 46’), Ben Saada (Nivet 46’), Berthomier (Mbeumo 46’) (Suk 82’) – Touzghar (Sissako 46’) (Tchimbembé 70’).

FIL INFO

La Boutique de l'Estac

La boutique de l'Estac

Voir
Billetterie en vente Billetterie

Billets en vente

Réservez vos billets