Estac Troyes

Fil infos

Gambardella : les déclas

Mercredi 09 Mai 2018 à 19h43

(recueillies depuis le Stade de France à l’issue de la victoire troyenne)

Daniel Masoni (président de l’Estac)

J’ai été désolé de ne pouvoir être présent au Stade de France, n’ayant pu décaler un important rendez-vous sollicité depuis longtemps. J’ai donc suivi la finale à la télévision.  Cette victoire récompense tout le travail exécuté par le Centre de Formation depuis sa création. Je remarque d’ailleurs que Carlos Lopez était déjà présent à l’origine, et aujourd’hui, il gagne cette finale. Depuis 9 ans, j’ai fait en sorte d’injecter des moyens financiers pour que ce Centre fonctionne de la meilleure manière. Je n’ai donc aucun regret concernant l’investissement qui lui a été consacré et j’entends le poursuivre. Malgré des instants parfois compliqués, il a fallu insister et persévérer. Aujourd’hui, on récupère cet investissement. Bien-entendu, je félicite d’abord nos jeunes pour leur belle victoire et leur parcours. Ils l’ont amplement méritée. J’ai apprécié leur comportement et leur sérieux. Félicitations aussi à Carlos Lopez dont le coaching a été bon. On a vu qu’il était un coach d’expérience, qui connaît bien son groupe. On aurait pu craindre que nos joueurs aient pu aborder leur finale avec la peur au ventre. Il n’en a rien été, ils se sont adaptés, suivant les recommandations de leur entraîneur.  

C’est également la réussite de tous les éducateurs et entraîneurs du Centre, et j’y inclus tous ceux qui ont précédé les actuels, sans exception. Ils peuvent être fiers, et je le suis aussi pour eux, tout comme les dirigeants et bénévoles, les administratifs, le staff médical, les enseignants. Je veux particulièrement remercier les présidents de l’Association, Philippe Pichery puis Philippe Coudrot qui, dans la continuité de l’action engagée par mon père, Angel Masoni, ont effectué un travail de grande qualité. Grâce à eux, le rapprochement des deux entités que sont l’Association et la SASP, est en bon chemin.

Carlos Lopez (entraîneur des U19)

Nous vivons des moments extraordinaires et historiques. C’est mérité pour l’ensemble du club et j’ai une pensée pour tous ceux qui y travaillent, y remplissent une fonction et tous ceux qui aiment le club. Les Aubois doivent être fiers de l’Estac et de son Centre de Formation. Aujourd’hui, il fait partie des meilleurs de France. J’ai personnellement eu beaucoup de plaisir à travailler avec tous ces jeunes. Ce sont des individus très agréables et ce qu’ils viennent de réussir, c’est fort. J’ai une pensée pour tous ceux qui ne sont plus là et qui ont tant apporté au football aubois, comme Angel Masoni qui a toujours été proche des jeunes, et Marcel Artélésa qui, en gagnant cette même coupe il y a 62 ans, vivait la première étape de sa formidable carrière.

Farès Bouzid (directeur du Centre de Formation)

C’est une grosse émotion pour moi qui en suis à 14 années dans ce club. J’ai une pensée pour tous ceux qui ont participé avant moi à la formation des jeunes, à ceux que j’ai côtoyés et que je côtoie au quotidien, les administratifs, ceux du scolaire, du médical et bien-sûr du sportif. Je pense aux bénévoles, aux administrateurs, et aux supporters, en particulier les fidèles de nos matches de jeunes au complexe sportif de l’Aube. C’est avec eux que je veux partager cette émotion. J’ai connu trois directeurs du Centre qui m’ont tous apporté, Christian Caminiti, Didier Christophe et mon prédécesseur, Claude Robin. Il faut féliciter tous les éducateurs et reconnaître tout ce que nous devons aux différents présidents, aux anciens, à commencer par Angel Masoni et Philippe Pichery, aux présidents actuels, Daniel Masoni et Philippe Coudrot. Enfin, je ne veux surtout pas oublier notre Maire de Troyes et tous les élus qui ont toujours soutenu et accompagné notre travail et qui ont permis que notre club soit désormais un club formateur qui compte et qui est reconnu de tous sur le plan national.

Philippe Coudrot (président de l’Association Estac)

Je suis ému parce que c’est la plus belle vitrine qui s’offre à nous, avec des jeunes supers qui ont affiché un calme et une sérénité incroyables au moment d’aborder cette finale. C’est le premier trophée national remporté par l’Association Estac. Ça nous conforte dans la voie à suivre. On va bâtir avec eux et avec ces hommes simples que sont Farès (Bouzid) et Carlos (Lopez) qui ont su transmettre nos valeurs aux joueurs. On a du mal à penser qu’on est au Stade de France. Philippe Pichery en avait rêvé. On l’a fait et je suis heureux qu’il partage cette réussite ce soir avec nous et à laquelle il n’est bien-sûr pas étranger.

Jean-Louis Garcia (entraîneur de l’équipe professionnelle)

C’est une fantastique performance. C’est l’aboutissement du travail de qualité de tout le Centre, de tous les éducateurs autour de Farès (Bouzid), de Carlos (Lopez) mais aussi de tous les autres, celui des administratifs, du pôle scolaire, du staff médical, et de tous ceux qui accompagnent les gamins au quotidien. Comme souvent pour les finales, celle-ci n’a pas été d’un énorme niveau technique mais notre victoire est amplement méritée. Hormis sur les coups de pied arrêtés, nous n’avons guère été en danger. Pour les pros, c’est un exemple d’enthousiasme et de dynamisme, du positif qui peut booster l’équipe pour nos deux derniers matches. J’ai vraiment vibré avec eux et j’ai ressenti de l’émotion au moment où ils ont levé la coupe. Comme je leur ai dit à l’issue du match, ils ont écrit une page importante de l’histoire du club.

Gaël Sanz (administrateur de l’Association)

Je suis un jeune membre du Conseil d’Administration et pour les avoir suivis, j’ai éprouvé une grande fierté à l’égard de ces gamins qui, pour la plupart, sont nés à Troyes ou sont originaires de la région. Certains sont arrivés en provenance de clubs amateurs de l’agglomération ou du département. Ces clubs peuvent accueillir aussi avec fierté cette victoire qui leur appartient également. Je veux souligner combien ces jeunes défendent les valeurs du club et leur détermination à défendre les couleurs de leur maillot. En voyant ce soir la pureté de leur émotion, c’est pour ça qu’on aime le foot. C’est la consécration pour la Formation troyenne reconnue désormais par la France entière. J’ai une pensée forte pour Carlos Lopez. Ce n’est pas un hasard si l’Estac connaît cette réussite avec lui, qui a tellement consacré plusieurs années au club dont il est lui-même issu. C’est une récompense pour un homme exceptionnel dont l’amour qu’il porte à son club est sans égal. Je pense que dans l’avenir on parlera de plusieurs de ces jeunes à propos du professionnalisme troyen. On a déjà vu un Bryan Mbeumo qui confirme sa progression fulgurante depuis le début de l’année.  

FIL INFO

La Boutique de l'Estac

La boutique de l'Estac

Voir
Billetterie en vente Billetterie

Billets en vente

Réservez vos billets