Estac Troyes

Amateurs

Prodigieux !

Mercredi 09 Mai 2018 à 21h31

Ils l’ont fait ! Soixante-deux ans après, les U19 de l’Estac rejoignent dans l’histoire les vainqueurs de 1956. En remportant ce 8 mai 2018 la Coupe Gambardella, 2-1 (le même score qu’en 1956), aux dépens du Tours FC, les jeunes troyens offrent au club une exposition de première importance et une belle vitrine qui met en valeur la qualité de la formation à la troyenne. C’est tout simplement fabuleux pour le football troyen, le club, la ville, la métropole et tout le département, mais aussi pour tous les supporters que compte l’Estac, et pour l’ensemble des membres du club, entraîneurs et éducateurs, membres des corps médicaux et enseignants, bénévoles et salariés. Mais c’est également un formidable élan qu’ils apportent à leurs aînés, les joueurs de l’équipe professionnelle avant une autre finale qu’eux doivent remporter samedi à Montpellier.

Moins de vingt minutes pour faire la différence

Le sort de cette finale historique se sera finalement jouée en première mi-temps et plus précisément dans la première moitié de celle-ci. Après, on pourra toujours dire que les Tourangeaux ont manqué leur début de rencontre. Nous opterons plutôt sur la supériorité troyenne affichée d’entrée et l’envie supérieure manifestée par les joueurs de Carlos Lopez. La sérénité de ceux-ci contrastait avec une apparente crispation des garçons de Nourredine El Ouardani.

Après un émouvant hommage rendu à Thomas Rodriguez, ce jeune joueur de 18 ans du Tours FC décédé dans son sommeil dans la nuit du 8 au 9 mars, les Troyens ouvraient les hostilités les premiers. Souhail Labyad tentait la première frappe sérieuse de cette finale dès la 4’, à 10 mètres côté droit, mais son ballon passait au-dessus du but. Dès la minute suivante, Bryan Mbeumo débordait sur son côté gauche pour adresser un bon centre que Coudert, le gardien de Tours, interceptait. L’Estac était le plus souvent en possession du ballon, variant les combinaisons et exerçant une pression soutenue sur le camp tourangeau. Mbeumo filait de nouveau dans son couloir à la 8’ et son centre trouvait bien cette fois Zinédine Labyad seul à l’angle des 5,50m. L’ouverture du score paraissait évidente, sauf que le Troyen, contre toute attente, ne cadrait pas ! Ce n’était que partie remise puisque dans la minute qui suivait, le danger pour les Tourangeaux venait de l’autre côté du terrain. En position avancée, Benrandy délivrait un super centre au second poteau pour Bryan Mbeumo dont la reprise croisée du gauche ne laissait aucune chance au portier de Tours. Un moment sonné par cette entame manquée, les adversaires de l’Estac retrouvaient leurs esprits et commençaient à amorcer quelques offensives, sans pour autant mettre en danger la défense auboise bien en place et attentive. A la 19’ cependant, un centre depuis le côté gauche tourangeau rebondissait sur le dessus de la transversale de Yehvann Diouf. Sur la relance, Tours se faisait déborder dans l’axe par Bilal Brahimi qui remontait tout le terrain pour fixer le dernier défenseur avant de glisser le ballon sur sa gauche à Bryan Mbeumo qui avait accompagné le mouvement. L’attaquant gaucher ne laissait pas passer l’occasion de doubler la mise (20’).

La réplique tourangelle

Après la pause fraîcheur, les garçons de Nourredine El Ouardani se montraient un peu plus. Ils allaient bénéficier de plusieurs coups-francs que Sami Le Barbey se chargeait à chaque fois d’exécuter. S’en suivait alors un long temps fort que les Tourangeaux ne parvenaient pas à exploiter. Yehvann Diouf était mis à contribution et il se sortait avec bonheur de plusieurs situation chaudes entre la 30’ et la 34’. Il renvoyait ensuite en corner, des deux poings, un long coup-franc excentré. Sur celui-ci, la tête de Bouchema passait au-dessus de sa transversale (38’). A la 39’, une action tourangelle Valentim-Hamoudi débouchait sur un nouveau corner. Sur la relance, Bilal Brahimi et Benrandy Abdallah menaient un raid à deux qui s’achevait dans les bras de Coudert. Puis Souhail Labyad frappait un coup-franc excentré côté droit que Coudert captait sans difficulté. Une minute après, il était de nouveau sous la menace d’un coup-franc, tiré cette fois par Bryan Mbeumo. Le ballon sortait à droite. Une combinaison Bouzrara-Valentim créait une situation confuse devant le but troyen avant le temps additionnel que Tours mettait à profit pour placer une tête, non cadrée, par son capitaine international U19 Sambou Sissoko puis, consécutivement à une faute de Stone Mambo, inquiéter une ultime fois le but de Diouf. Mambo lui-même, de la tête, repoussait le coup-franc de Le Barbey. A la pause, l’Estac avait pris une option mais rien n’était joué pour autant, les Tourangeaux s’étant bâti une solide réputation de joueurs ne lâchant jamais et toujours capables de revenir dans une rencontre en apparence compromise.

Dans les couloirs du Stade de France, les remontrances du coach tourangeau faisaient trembler les murs et annonçaient une évidente réaction.

Tours se relance

Et pourtant, c’était de nouveau l’Estac qui démarrait mieux la seconde période. Zinedine Labyad effaçait son adversaire direct d’un crochet pour placer une bonne frappe qui était contrée alors que l’arbitre avait repéré un contrôle de la main de l’attaquant troyen (50’). Les Troyens en quelque sorte annonçaient la couleur. Ils tendront à laisser venir leur adversaire pour mieux le contrer. C’est de cette manière qu’une offensive à trois, Mbeumo et les deux Labyad se développait à la 53’ pour s’achever par une frappe de Souhail Labyad à l’entrée de la surface, qui passait au-dessus de la transversale. La balle du 3-0 était pour Franck Ellé à la 54’ quand Bryan, le brillant, Mbeumo au terme d’une superbe action le servait alors qu’il était seul devant le but ouvert ; Inexplicablement, le ballon s’envolait… Tours était pourtant bien plus entreprenant qu’en première partie du match. Hamoudi tentait une frappe enroulée qui sortait à droite (55’). Puis Buni Jorge démarqué à droite plaçait un tir qui laissera Yehvann Diouf impuissant (57’). Les Tourangeaux se relançaient. On pouvait alors craindre que la machine tourangelle, de nouveau, se remette en marche pour refaire son retard. Les joueurs d’El Ouardani allaient démontrer qu’ils ne manquaient pas de belles qualités et que leur présence en finale n’était nullement le fruit du hasard. Seulement, côté troyen, on possède aussi quelques arguments, notamment défensifs, et quand on récupère le ballon, on vient semer le danger. Un centre de Zinédine Labyad trouve la tête de Franck Ellé, pour les bras du gardien (62’). Une faute de Yanis Mérah sur Hamoudi (62’) lui vaut un avertissement et un coup-franc à 20 mètres que tire Le Barbey. Yehvann Diouf vient bloquer le ballon au sol. On retrouve Franck Ellé au terme d’un bon mouvement à la 64’, pour une nouvelle tentative… sur le gardien.

Le gros cafouillage de la 82’

Tours se rapproche de l’égalisation quand Le Barbey mène un raid qu’il conclut par une frappe enroulée heureusement non cadrée (65’). Les contres troyens restent menaçants, mais trop de précipitation les empêche de réussir, à l’exemple d’une ouverture de Julien Masson pour Franck Ellé (66’) ou de Billal Brahimi pour Zinédine Labyad qui croise trop sa frappe (68’). Puis c’est Bryan Mbeumo, remis d’un coup sur la cuisse, qui est trop court à la 70’, devancé par Coudert. Nouvel entrant, Brandon Dominguès ne trouve que le gardien (76’). Les Troyens apparaissent moins tranchants et Tours joue son va-tout pour accrocher au minimum les tirs au but. Pourtant, c’est de nouveau l’Estac qui manque l’estocade, à la 81’ quand un long service de Bryan Mbeumo trouve Brandon Dominguès lequel sert en retrait Billal Brahimi. C’est encore hors cadre ! Et ça aurait pu coûter cher puisque dans la continuité un énorme cafouillage va se produire juste devant la ligne du but de Diouf et s’achever par un dégagement de la défense troyenne. Ouf ! Un corner de Mbeumo va trouver la tête de Calvin Bombo (83’) au 2e poteau : encore à côté. A l’entrée du temps additionnel, Gomez Mancini tente une frappe lointaine pour Tours comme une dernière cartouche. Mais c’est Mbeumo qui s’adjuge la dernière action de cette finale quand il part seul mais est rattrapé et contré par trois tourangeaux. Le bonheur sera troyen. Et quand on l’emporte sur un adversaire de qualité, la victoire n’en est que plus belle. 

 

COUPE GAMBARDELLA - FINALE

TOURS FC-ESTAC : 1-2 (0-2)

Saint-Denis – Stade de France - Lever de rideau de la finale de la Coupe de France Les Herbiers-Paris SG – Arbitre : Gauthier Lapalu, assisté de Pierre Retail et Hugo Boissière – 4e arbitre : Léo Beulet.

Buts : Mbeumo (9’ et 19’) pour l’Estac, Buni Jorge (57’) pour Tours. Avertissement : Merah (62’) pour l’Estac.

Tours FC : Coudert – Valentim, Bouchema (Gomez Mancini 82’), Constanciel, Kaba Soares (Ferreira 69’) – Buni Jorge, Sissoko (cap.), Hamoudi – Le Barbey – Bouzrara ? Berthelot (Verronneau 86’). Entraîneur : Nourredine El Ouardani.

Estac : Diouf – B. Abdallah, Merah, Mambo, Nativel – Brahimi, Bombo (cap.), Ellé (Masson 66’) – Z. Labyad (Djukic 89’), S. Labyad (Domingues 73’, Mbeumo. Entraîneur : Carlos Lopez.

 

FIL INFO

La Boutique de l'Estac

La boutique de l'Estac

Voir
Billetterie en vente Billetterie

Billets en vente

Réservez vos billets

Autour de l'Estac