Estac Troyes

Fil infos

#OLESTAC : les déclas

Dimanche 06 Mai 2018 à 19h34

En se déplaçant au Groupama Stadium, l’Estac savait qu’elle allait avoir du mal à ramener quelque chose à Troyes, mais abordait ce match avec l’idée qu’elle n’avait rien à perdre. La volonté n’aura malheureusement pas suffi, et les Troyens se sont inclinés 3-0 face à Lyon.
La première action était pourtant amenée par les Aubois à la 7’ alors qu’un centre de Jérémy Cordoval était repoussé par un défenseur lyonnais, mais le ballon revenait sur Bryan Pelé, qui centrait à son tour. Mais à nouveau, un joueur adverse dégageait le danger depuis la surface de réparation. 
Les hommes de Jean-Louis Garcia parvenaient à repousser les premières offensives lyonnaises, et étaient contraints à jouer bas.
A la 28’ le centre ras-de-terre de Bertrand Traoré était dégagé in-extremis par Christophe Hérelle, en corner. Sur le coup de pied arrêté, le ballon revenait en retrait sur Aouar qui tirait pleine puissance, en direction du même Traoré qui n’avait plus qu’à dévier le ballon dans le but. 
L’égalisation n’était pas loin quelques minutes plus tard, quand à la 33’, sur corner, la tête de Christophe Hérelle manquait de peu le ballon que Gorgelin peinait à capter. 
A la 35’, Mendy centrait pour Bertrand Traoré, qui de la tête propulsait le ballon au fond des cages d’Erwin Zélazny, impuissant. Puis, un centre au premier poteau de Samuel Grandsir pour la tête plongeante de Karim Azamoum, passait tout près du montant gauche de Gorgelin (40’). 
A la mi-temps l’Estac perdait 2-0, et Jean-Louis Garcia décidait alors d’effectuer un changement en faisant entrer Benjamin Nivet à la place de François Bellugou à la reprise.
On sentait alors que la présence du capitaine troyen galvanisait les troupes, et les Lyonnais rencontraient plus de difficultés à construire leurs actions, tandis que l’Estac montrait de plus en plus d’envie. A la 66’, Benjamin Nivet adressait un long ballon dans la profondeur à Adama Niane, qui s’élançait en direction du but, et tentait sa chance. Gorgelin était bien sur la trajectoire du ballon et s’en emparait alors. 
Erwin Zelazny devait plonger sur un tir pleine puissance de Memphis Depay à la 74’, alors que les Troyens poussaient de plus en plus. Le but troyen était tout proche quand, sur un coup-franc bien placé, le ballon frappé par Karim Azamoum était dévié sur sa barre par Gorgelin. 
Côté lyonnais, l’entrée en jeu de Maxwell Cornet amenait de la vitesse offensive, et c’est lui qui allait creuser l’écart à la 88’ en inscrivant le troisième but pour son équipe… Cruel pour les Troyens, qui méritaient mieux de cette seconde période.  

Le score est sévère pour l’Estac aujourd’hui, qui, sur la physionomie du match, ne méritait pas ces trois buts d’écart. Mais le plus gros coup dur de cette 36e journée reste la victoire de Lille, contre Toulouse, qui repasse devant les Troyens et les distance de trois points. L’Estac est alors 19e au classement, et cède sa place de barragiste à Toulouse. Il reste deux rencontres pour retrouver, au minimum, cette place qui permettrait à Jean-Louis Garcia et ses joueurs de disputer les barrages. La semaine prochaine, ils se déplaceront à Montpellier, avant de recevoir Monaco pour clôturer le championnat. Tant que rien n’est fini, il faut y croire, jusqu’au bout, et soutenir cette équipe, qui elle, y croira jusqu’à la fin. Tout le monde s’accordera à dire que les Troyens méritent d’avoir leur chance, alors allons au moins arracher cette place de barragiste, tous ensemble !


Jean-Louis Garcia (entraîneur de l’Estac) : 

«  Dans le jeu, Lyon avait du mal à trouver des décalages. Nous avons sorti deux ou trois fois le ballon de manière intéressante. Le second but nous a fait mal, sur un centre où nous sommes nombreux. Malgré une bonne deuxième période, nous nous inclinons, et je crois qu’une réduction du score les aurait mis en difficulté et dans le doute. Nous n’avons pas réussi à être efficaces sur nos occasions, et Gorgelin a été très bon sur ses interventions. Il a su dévier le coup-franc de Karim Azamoum sur la barre. Il aurait fallu réduire le score, mais c’est là aussi la différence entre les gros et les petits : cette capacité à être efficace dans la zone de vérité. Mais nous allons nous appuyer sur ce contenu, sur la mentalité de mes joueurs et leur envie de ne rien lâcher. Nous allons nous projeter sur le match de Montpellier, mais le score est sévère aujourd’hui. Il faut essayer d’être réalistes dans l’analyse. Quand je dis que Lyon ouvre le score sur sa première occasion, c’est la réalité. Cela veut dire que pendant 27 minutes, contre une équipe qui a marqué 82 buts depuis le début de la saison, nous avons réussi à faire en sorte qu’elle n’ait pas la moindre occasion de but. Ce sont les faits. Nous allons essayer d’analyser ce match avec beaucoup de lucidité et continuer à nous appuyer sur ce qui est intéressant. Nous n’aurons peut-être pas toujours en face de nous ce genre d’individualités, qui transforment leurs occasions. Nous allons corriger, et aller à Montpellier avec de l’ambition, en sachant qu’il y aura d’autres difficultés. Nous pouvons nous baser sur notre deuxième période, pendant laquelle nous avons posé des problèmes à notre adversaire. J’ai en tout cas le sentiment que nous avons rivalisé collectivement. C’est valorisant. 
Certes nous avons joué bas, mais notre système a gêné les Lyonnais, mais la situation s’est décantée sur coup de pied arrêté. Je savais que nous allions beaucoup défendre notamment lors de la première heure, et je ne voulais pas griller Benjamin Nivet. J’espérais que nous soyions encore dans le match à l’heure de jeu, et qu’il entre pour nous amener ce qu’il nous a amené en deuxième mi-temps, c’est à dire sa maîtrise et sa capacité à nous faire une dernière passe. Malheureusement, à la mi-temps nous étions déjà menés 2-0. 
Nous sommes programmés pour rejouer les barrages. Dès le stage d’avant-saison, nous nous y étions préparés. Il faut être réaliste, ce serait déjà bien d’être 18es et de jouer ces barrages. Nous n’avons pas fait un bon premier trimestre en 2018 en terme de points, malgré le contenu. Aujourd’hui, allons chercher le barrage et repoussons la saison de deux matches en nous retrouvant dans la même situation que la saison dernière, mais dans la peau de celui qui veut se maintenir. 
J’aurais préféré que Lille soit en difficulté, mais il est évident que nous ne pouvons plus nous calquer sur un seul concurrent. Il va vraiment falloir aller chercher des points. »

Bruno Genesio (entraîneur de Lyon) :

« Nous avons fait le match que nous devions faire, il fallait le remporter. Dans le contenu en deuxième mi-temps, nous nous sommes un peu compliqués la tâche. Mathieu Gorgelin a été décisif. Son arrêt nous permet de rester à 2-0. »

FIL INFO

La Boutique de l'Estac

La boutique de l'Estac

Voir
Billetterie en vente Billetterie

Billets en vente

Réservez vos billets

Autour de l'Estac