Estac Troyes

Fil infos

#ESTACOM : les déclas

Dimanche 15 Avril 2018 à 20h13

Scénario une nouvelle fois cruel ce soir pour nos Troyens, qui s’inclinent sur le fil face à l’Olympique de Marseille ce soir. 
C’est l’Estac qui avait ouvert le score à la 1’, par Samuel Grandsir. Mais dix minutes plus tard, Njie égalisait (11’). Le rythme était soutenu en première période, mais les Troyens étaient bien en place, tant offensivement que défensivement. 
La seconde période démarrait sur un rythme encore plus intense, et Benjamin Nivet, à la 48’, inscrivait le but du 2-1. L’Estac tenait bon, et pouvait compter sur un Erwin Zelazny impérial et décisif à de multiples reprises aujourd’hui. Mais à la 75’, Mitroglou parvenait à égaliser. Les Troyens ne se sont pas laissés abattre et ont continué à chercher les occasions pour marquer, malgré un Stade de l’Aube qui résonnait plutôt avec l’accent du Sud… 
Puis à la 86’, Florian Thauvin offrait finalement la victoire aux Olympiens. 
C’est une cruelle défaite pour nos Troyens qui ont montré aujourd'hui le visage qu'on aime voir. On a notre place en Ligue 1, et on va tout faire pour la garder ! Ne lâchez pas ! On vous attend nombreux à Saint-Etienne dimanche prochain !

 

Rudi Garcia (entraîneur de l’OM) :

« Nous avons eu du retard à l’allumage en début de seconde période. Chapeau à Troyes qui a fait le match qu’il fallait pour sauver sa peau, et un grand bravo à l’OM qui a renversé des montagnes pour s’imposer avec caractère et talent. Nous savions que Troyes allait jouer bas, en contre, et bien défendre son but. Ca a été le cas. »

Jean-Louis Garcia (entraîneur de l’Estac) :

« C’est encore dur ce soir. Le scénario du match est dur. Mon équipe a montré de la personnalité aujourd’hui. Nous avons mené deux fois au score contre l’OM, en ayant à 2-1 deux énormes balles de break. Malheureusement, de nouvelles erreurs individuelles viennent anéantir le travail collectif. C’est souvent le cas.
Nous avons marqué ce soir deux très beaux buts. Nous avons eu du mérite. Marseille a été sur le fil du rasoir à un moment, et nous n’avons pas su marquer ce troisième but qui nous aurait peut-être mis à l’abri et permis de prendre au moins un point. C’est le regret ce soir. Je suis très déçu pour mes joueurs. J’ai le sentiment qu’ils ont tout donné. Mais il y a des situations qu’il faut savoir gérer mieux que ça. Nous sommes passés tout près d’une grande performance. 
Malheureusement, nous n’avons pas la marge pour avoir la patience d’attendre. Nous n’avons pas le choix. 
Dans un tel match, compte-tenu de notre situation, nous aurions pu imaginer que cela se passe mal contre un tel adversaire, or, nous avons tutoyé la victoire pendant un moment. Mon équipe y a cru jusqu’au bout. 
Il va falloir digérer cela et continuer à se battre. Renoncer, c’est quelque chose que je n’imagine même pas. Nous avons montré que nous étions capables de marquer des beaux buts contre une des meilleures équipes françaises, j’espère que c’est un élément qui peut nous redonner un peu de confiance. »

Benjamin Nivet (capitaine de l’Estac) :

« Nous avons tout donné, nous n’avons pas de regrets par rapport aux efforts fournis. C’est très dur de perdre ce match qui nous aurait fait du bien. On sent encore de la fébrilité, due à notre situation. Les bonnes individualités en face nous ont fait mal ce soir. Nous avons souffert parce que nous marquions trop peut de buts, et c’est frustrant de perdre ce soir alors que nous parvenons à en inscrire deux. Nous allons digérer et repartir sur le prochain match. Il reste cinq matches. Nous pouvons compter sur le groupe pour ne rien lâcher, tout donner et ne pas avoir de regrets à la fin. Dans l’engagement et l’état d’esprit, tout y était. Nous ne sommes pas encore au maximum de notre confiance, et l’égalisation à 2-2 nous a fait mal. »

FIL INFO

La Boutique de l'Estac

La boutique de l'Estac

Voir