Estac Troyes

Fil infos

#EAGESTAC : les déclas

Samedi 07 Avril 2018 à 23h50

L’Estac a subi ce soir à Guingamp une lourde défaite, dont il faudra bien qu’elle se remette. Malgré une bonne entame, elle connaissait un premier coup dur avec la sortie sur blessure, au bout d’un quart d’heure de jeu, de Rémi Walter. Cela ne l’empêchait pas de tenir tête à des Guingampais qui avaient besoin d’une victoire pour assurer leur maintien. Les Bretons allaient réussir à ouvrir le score sur leur première occasion : un coup de tête de Clément Grenier qu’Erwin Zélazny claquait au-dessus de sa barre. Malheureusement, sur le corner qui suivait, Nicolas Benezet se présentait au second poteau pour croiser le ballon et inscrire le premier but de l’En Avant (23’). L’Estac revenait en seconde période avec de réelles intentions, mais le temps lui manquera pour les exprimer, puisqu’une fois de plus elle encaissait un second but dès le début de la seconde période. Un but de Ludovic Blas, quelque peu chanceux, puisque c’est François Bellugou, en voulant détourner le ballon, qui le déviait sur le futur buteur (47’). 
Guingamp faisait le break et dès lors, les choses s’annonçaient bien entendu plus compliquées pour l’équipe de Jean-Louis Garcia, qui allait perdre un second élément, en la personne de Bryan Pelé, lui aussi victime d’une blessure musculaire (60’). Les entrées de Suk et de Chaouki Ben Saada redonnaient un peu de vigueur à l’équipe troyenne, que les Guingampais laissaient volontairement venir pour tenter de la contrer. Les hommes d’Antoine Kombouaré réussissaient un troisième but dans une certaine confusion, alors que deux ballons étaient dans la surface troyenne. L’arbitre laissait pourtant le jeu se poursuivre et accordait la réalisation de Yeni Ngbakoto (79’). Le quatrième but sera encore plus anecdotique, puisqu’intervenant à la fin du temps additionnel, les défenseurs troyens s’arrêtant alors que l’un de leurs coéquipiers était resté au sol, ce dont profitait Jimmy Briand pour partir en légère position de hors-jeu, et aller marquer seul le dernier but de son équipe (93’).
La pilule est dure à avaler, et le score est cruel pour une équipe troyenne qui cependant conserve sa position de barragiste, puisque Lille et Toulouse ont été aussi malheureux qu’elle ce soir. Malgré la différence entre elle et l’Olympique de Marseille qu’elle recevra dimanche à 17h au Stade de l’Aube, l’Estac n’est pas décidée à renoncer et luttera jusqu’au bout. Qu’on se le dise ! Et que ceux qui n’ont pas l’habitude de renoncer face à la difficulté soient à ses côtés pour lui apporter tout le soutien dont elle saura se nourrir pour réussir à se maintenir. 

 

Jean-Louis Garcia (entraîneur de l’Estac) : 

 

« Il y a beaucoup de déception et de frustration ce soir. Nous sommes dans une période avec des vents contraires. La défaite est lourde, le score est ample et trop sévère. Nous avons contrôlé le match lors des vingt premières minutes où nous sommes parvenus à faire déjouer cette équipe de Guingamp. Sur leur première situation, nous concédons un corner, et nous sommes sanctionnés sur une reprise où Nicolas Benezet a beaucoup de réussite. Il est masqué par des joueurs, il met le pied gauche en opposition, et le ballon finit petit filet opposé. C’est ce genre de but avec de la réussite que nous n’arrivons pas à marquer depuis de longues semaines. Nous avons eu plusieurs opportunités, sans marquer. Nous ne sommes jamais à l’abri d’un second but, où nous sommes là aussi très malheureux. Sur le centre, François Bellugou tend la jambe et dévie le ballon de sa trajectoire, qui finit dans les pieds de Ludovic Blas. Ce deuxième but, alors que nous avions des intentions à la mi-temps, nous fait très très mal. Nous avons quand même continué à jouer, en essayant de jouer en 4-4-2, avec des joueurs offensifs au milieu, pour au moins réduire le score. Une nouvelle fois, nous ne parvenons pas à marquer, et après, nous buvons le calice jusqu’à la lie avec ces deux derniers buts. Sur le troisième, il y a deux ballons sur le terrain. C’est la première fois que je vois un arbitre ne pas arrêter le match alors qu’il y a deux ballons sur la surface de jeu. Sur le quatrième, nous arrêtons le jeu parce qu’un joueur troyen est au sol dans la surface, et sur la remise en jeu, les Guingampais jouent vite, et en une passe, Jimmy Briand traverse le terrain et nous prenons ce dernier but. Tout cela est dur à vivre. Il faut être costaud dans cette période-là, et j’espère que nous allons l’être, parce que nos concurrents pour le maintien sont moins nombreux. Mais nous sommes toujours dans la position que nous avions avant le match, c’est à dire barragiste, à seulement un point du 17eme. Il ne faut rien lâcher, encore plus après avoir subi une telle défaite. Il va falloir se relever, montrer du caractère, être forts mentalement, et croire en nous. Nous allons travailler encore plus dur. C’est ce côté irrationnel que l’on appelle la réussite dans le football, que personne ne peut maîtriser, et qui n’est absolument pas de notre côté. Croyez-moi, nous allons lutter avec acharnement, tant qu’il y aura une once d’espoir et de possibilité d’aller jouer en Ligue 1 l’année prochaine. 
Rémi Walter, en début de match, prend un gros impact qui l’a fortement diminué, et il se fait mal après. Nous avons aussi perdu Bryan Pelé sur un problème musculaire. Il faut courber l’échine et résister. Il faut savoir ce que nous voulons et accepter que nous devons être meilleurs. Nous faisons une petite erreur d’inattention sur le corner qui amène le but, en lâchant Clément Grenier et nous sommes un peu loin de Benezet. Il faut s’améliorer dans la communication, dans la qualité technique. Nous avons des intentions mais parfois aussi des déchets. J’ai conscience que nous devons faire beaucoup de choses beaucoup mieux. 
Prendre quatre buts, c’est inquiétant, mais c’est très sévère quand même. Le second nous a fait très très mal en début de seconde période, mais ce n’est pas la première fois que ça nous arrive et ça ne peut pas être un hasard. Cela s’est passé à Rennes déjà. Au départ de l’action, nous avons le ballon et nous le perdons en manquant de précision sur nos passes. Il faut avoir plus de fluidité, de contrôle et de qualité dans nos passes. » 

 

Antoine Kombouaré (entraîneur de Guingamp) : 

 

«  Je n’ai pas compris notre troisième but. Et le quatrième, je n’en avais jamais vu des comme ça… J’ai moi-même été surpris de voir Jimmy Briand se retrouver face au gardien et marquer. Il ne faut pas que Troyes lâche, mais je connais Jean-Louis Garcia et je sais qu’il va aller au combat. Je souhaite bon courage à l’Estac. »

FIL INFO

La Boutique de l'Estac

La boutique de l'Estac

Voir