Estac Troyes

Actualités

FC Nantes 1-0 Estac : Une nouvelle défaite rageante

Dimanche 11 Mars 2018 à 05h15

Les matches se suivent et se ressemblent pour l’Estac : un jeu bien en place, des opportunités, mais pas de but marqué. Après avoir encaissé un but en fin de match, les Troyens ont vu leurs espoirs de mettre fin à leur série de défaites à l’extérieur s’envoler.
Pourtant, ce sont eux qui étaient les mieux entrés dans la partie, opérant un pressing intéressant sur des Nantais qui quant à eux n’inquiétaient pas vraiment la défense troyenne, si ce n’est à la 21’ avec cette tête de Sala, captée sans grande difficulté par Erwin Zelazny. Juste après, l’Estac s’offrait la plus grosse occasion de la première période quand Adama Niane centrait au premier poteau pour Benjamin Nivet, dont la tête venait heurter le montant gauche de Tatarusanu (22’). Les Troyens inquiétaient à nouveau le portier nantais à la 31’ : la frappe pleine puissance de Samuel Grandsir passait tout près de son montant droit.
A la mi-temps, on pensait alors que le scénario trop souvent vécu se reproduisait, et on redoutait les premières minutes de la seconde période. Mais les hommes de Jean-Louis Garcia étaient revenus solides sur le terrain de la Beaujoire, et ce sont eux qui faisaient trembler les premiers leurs adversaires, avec une reprise d’Adama Niane, malheureusement au-dessus des cages de Tatarusanu (47’). Il aura ensuite fallu faire preuve de solidité défensive et contrer les offensives adverses. Les Nantais se montraient de plus en plus menaçants sur la défense troyenne, sans pour autant se créer d’occasion franche, et c’est finalement Emiliano Sala qui, de la tête, ne laissait aucune chance au portier troyen et offrait le but de la victoire à son équipe (86’). 

Une fin de match cruelle pour nos Troyens à qui on ne peut une nouvelle fois pas reprocher grand chose ce soir. Il ne manque vraiment presque rien pour que la roue ne tourne en leur faveur. Un match importantissime attend l’Estac dans une semaine, puisque elle se déplacera à nouveau, à Amiens. A neuf matches de la fin de la saison, il n’y a clairement plus d’autre option que celle de gagner. On y croit, ils y croient, et vous devez également y croire. Pour aller chercher ce maintien tous ensemble, tous à la Licorne le week-end prochain ! 

 

 

Jean-Louis Garcia (entraîneur de l’Estac) :

« Dire que nous méritons de perdre ce match parce que pendant un quart d’heure nous tenions un peu moins le ballon est un sacré raccourci. Dans ces conditions, nous pouvons dire que la rencontre pouvait aussi être pliée à la mi-temps. Nantes marque sur sa seule occasion de but en seconde période. Avant cela, il n’y avait eu qu’une frappe déviée qui aurait pu peut-être prendre à contre-pied Erwin Zelazny. Malgré une pression un peu plus forte, notre adversaire n’a eu qu’une occasion de marquer. Aujourd’hui, je ne sais encore pas quoi dire à mes joueurs par rapport au contenu, car nous faisons plus que rivaliser avec les adversaires. Ça avait été le cas à Strasbourg, à Rennes, et ça recommence. Le problème, c’est que nous payons très cher notre inefficacité offensive. Nous sommes malheureux avec cette tête de Benjamin Nivet sur le poteau, mais nous sommes tellement inefficaces offensivement, que nous payons cher la moindre erreur, car sur le but que nous encaissons il y a une erreur. Nous savions qu’Emiliano Sala était le seul joueur qui pouvait marquer sur les centres, et nous avions fait toute notre préparation par rapport à cela. Sur le but, nous ne venons pas serrer derrière notre défenseur central. Sala réalise un déplacement de très haut niveau. Il emmène Oswaldo Vizcarrondo sur une fausse piste et plonge dans son dos. Mais il aurait dû tomber sur le latéral droit troyen. Peu importe le joueur, il y a toujours à un moment donné la petite erreur de concentration que nous payons cash. Nous n’avons vraiment pas le droit de faire de petite erreur. Si nous la faisons, l’adversaire marque. Par rapport à ce que nous produisons, et à ce que nous avons encore fait ce soir contre une équipe qui joue la cinquième place, j’ai le sentiment que vous devons encore y croire. Mais il va falloir aller provoquer cette réussite, cette adresse, cette lucidité devant le but adverse. 

Nous avons alterné les temps de pressing et les temps où nous voyions venir l’adversaire. Dans tous les sports c’est pareil. Quand tu ne prends pas l’avantage au score dans tes temps de domination, après, tu as forcément un temps de moins bien et tu es vulnérable. Il faut marquer, prendre l’avantage au score et l’avantage psychologique sur l’adversaire. Là, nous avons laissé le FC Nantes en vie, et cette équipe a un joueur que nous n’avons pas. 

Je suis en colère contre le scénario et la fin de match, pas contre mes joueurs. Nous ne lâcherons rien. Mais dans ces instants, c’est très dur. Il nous manque incontestablement un petit truc. Nous rivalisons, mais depuis un certain temps il n’y a plus les résultats au bout. Mais nous sommes encore dans la bagarre. Nous allons essayer de reproduire le même genre de match la semaine prochaine à Amiens, contre un adversaire direct. Si nous gagnons, nous passons devant eux. »  

 

Claudio Ranieri (entraîneur du FC Nantes) :


« C'était très difficile. La première période était très mauvaise, la deuxième un peu meilleure. Quand on joue bien, on ne gagne pas donc j'étais sûr qu'on allait gagner. Les joueurs ont été déterminés jusqu'à la fin. On a fait beaucoup de centres mais ils ne trouvaient pas preneurs. Pour nous, ce sont trois points importants. Le jeu n'est pas bon mais dans la saison, on a toujours des matches difficiles. On a trop usé du jeu long en première période. À la mi-temps, je leur ai dit de plus jouer en triangle, d'être plus calmes. »

 

FIL INFO

La Boutique de l'Estac

La boutique de l'Estac

Voir
Billetterie en vente Billetterie

Billets en vente

Réservez vos billets

Autour de l'Estac