Estac Troyes

Fil infos

#ESTACFCGB : les déclas

Samedi 13 Janvier 2018 à 22h53

Au terme d’un match cohérent et bien construit, les Troyens s’inclinent sévèrement, 1-0 face à Bordeaux. Les Girondins l’avaient annoncé, ils venaient en terre auboise pour gagner et mettre fin à leur série de défaites. Après une élimination en Coupe de France contre Granville, la tension était plus que palpable dans les rangs bordelais. Mais ce soir, ce sont bien eux qui repartent avec les trois points de la victoire. Les hommes de Jean-Louis Garcia étaient pourtant bien en place dès l’entame du match, et à la 4’, un tir cadré de Stéphane Darbion sur un centre de Mathieu Deplagne, obligeait Costil à se détendre pour repousser in-extremis. Mais à la 9’, coup-dur pour les Troyens : sur une réception, Christophe Hérelle s’écroulait au sol, et sortait sur civière. Il fut alors remplacé par Oswaldo Vizcarrondo. Trois minutes plus tard, suite à un bel enchaînement à une touche de balle, l’arbitre sifflait un penalty en faveur des Troyens pour une faute de Meïté sur Stéphane Darbion. Saïf-Eddine Khaoui se chargeait de le tirer, mais le portier girondin plongeait du bon côté et repoussait le ballon. Les visiteurs profitaient ensuite d’une légère baisse d’attention côté troyen, pour ouvrir le score sur un contre, par Gaëtan Laborde, servi par Malcom (15’). Malgré encore de beaux enchaînements en milieu de terrain, notamment entre Benjamin Nivet, Stéphane Darbion et Saïf-Eddine Khaoui, l’Estac n’est pas parvenue à égaliser avant la mi-temps, et à la 32’, une parade de Mamadou Samassa sur une frappe lointaine de Meïté empêchait Bordeaux de creuser l’écart.
La seconde période fut d’autant plus frustrante puisque Bordeaux ne s’est presque pas créé d’occasions, contrairement aux Troyens qui se montraient dangereux à trois reprises par Suk qui à la 56’, récupérait un ballon pour le pousser dans les buts, mais celui-ci était détourné en corner. Le Sud-Coréen manquait à nouveau de peu l’égalisation à la 64’ : sur un centre de Samuel Grandsir, il reprenait de la tête, mais la balle passait à côté du montant gauche des cages de Costil. C’est à nouveau lui qui, à la 82’, seul face à Costil, était un tout petit peu trop court pour reprendre un ballon, bien servi par Samuel Grandsir. La bonne entrée en jeu d’Adama Niane à la place de Benjamin Nivet à la 77’ n’aura pas fait basculer le cours du match, malheureusement… Le score n’évoluera pas et au coup de sifflet, les Troyens s’inclinaient.

Qu’est-ce qui a manqué ce soir ? De la réussite ? De la justesse technique ? Peu importe, l’important est de gagner, de remporter des points, et ce soir l’Estac n’a pas réussi à faire redémarrer son compteur. C’est frustrant, parce qu’on a senti une équipe solidaire, animée par l’envie de bien faire et de bien démarrer cette phase retour. Un point, au minimum, aurait été mérité. Mais ce n’est que partie remise. Dans quatre jours, mercredi, le groupe se déplacera à Angers, avant de recevoir samedi prochain un autre concurrent direct : Lille.
On le sait, un maintien ne s’acquiert pas sans passer par des moments difficiles. L’essentiel est de se relever, d’y croire toujours et de rester solidaires. La route est encore longue, et ils auront besoin de tous leurs supporters à chaque match. On compte sur votre présence en masse samedi prochain au Stade de l’Aube. Coup d’envoi à 20h.

 

Jocelyn Gourvennec (entraîneur de Bordeaux) :

« Toutes les victoires sont bienvenues. C’était important de bien redémarrer la phase retour. Nous avons montré de la solidité et beaucoup d’abnégation pour tenir le score jusqu’à la fin. Nous avions axé sur la solidarité. Les faits de jeu ont peut-être aussi été favorables après le penalty que Benoît Costil repousse. Nous avions subi juste avant une occasion avec une claquette de notre gardien, et derrière nous avons réagi. En deuxième période, Troyes a bien défendu. C’est une belle victoire, parce que l’Estac est une équipe de qualité qui est montée en puissance en première partie de saison et que nous avions eu du mal à battre au mois d’août. C’est une équipe très bien organisée et bien animée par Jean-Louis Garcia. Nous savions que ça serait un match difficile. »

 

Jean-Louis Garcia (entraîneur de l’Estac) :

« C’est une très mauvaise soirée. Nous avions très bien débuté le match. Il y a eu plusieurs tournants dans les vingt premières minutes : l’occasion de Darbion, le penalty. Nous perdons également Christophe Hérelle en tout début de rencontre. Avant l’ouverture du score et le contre de Malcom, Karim Azamoum avait également une belle occasion. Bordeaux nous a proposé un bloc très compact, assez bas. Nous avons eu la possession du ballon, et malgré trois occasions franches par Suk en deuxième période, nous n’avons pas réussi à égaliser. Et pourtant, je pense que le partage des points n’aurait pas été volé.
Après Tristan Dingomé, nous perdons Christophe Hérelle ce soir. C’est apparemment une lésion au mollet, qui devrait l’écarter des terrains plusieurs semaines. C’est dur.
Nous avons aussi été sévèrement pénalisés ce soir. Je ne comprends pas pourquoi une équipe prend des cartons et pas l’autre. C’est une soirée de frustration.
J’ai l’impression de revivre certaines situations de la phase aller, comme face à Nantes, à Montpellier ou à Guingamp, où nous perdons par le plus petit des scores. Chaque fois que l’équipe adverse ouvre le score chez nous, nous sommes battus. C’est une stat terrible, à améliorer. Le penalty est le tournant du match, car il aurait validé une superbe entame de notre part. L’arrêt de Costil les a galvanisés et leur a redonné un gros bol d’oxygène. »

 

Benjamin Nivet (capitaine de l’Estac) :

« C’est dommage. Nous avions fait la première période que nous voulions faire. Nous sommes malheureusement menés au score sur une des rares occasions bordelaises. Nous les remettons en confiance. En deuxième mi-temps, nous avions les occasions de revenir au score, mais le bloc adverse était bas. Par moments, nous avons réussi à les bousculer mais il nous a manqué ce dernier geste pour la mettre au fond. C’était le scénario que nous redoutions. Manquer un penalty peut arriver, mais c’est le but que nous encaissons juste après qui nous fait perdre ce match. »

FIL INFO

La Boutique de l'Estac

La boutique de l'Estac

Voir
Billetterie en vente Billetterie

Billets en vente

Réservez vos billets

Autour de l'Estac