Estac Troyes

Pros

Erwin Zélazny : « La Coupe dynamise le groupe »

Mardi 09 Janvier 2018 à 23h10

Erwin Zélazny a disputé dimanche son 6e match officiel sous les couleurs de l’Estac depuis son arrivée au club la saison passée : son 4e de Coupe de France, son second de la saison après la rencontre de Coupe de la Ligue contre Amiens au Stade de l’Aube, alors qu’il ne compte toujours qu’une apparition en championnat, la saison dernière à Niort, en Domino’s Ligue 2. Convenons-en, il faut beaucoup être patient quand on est titulaire du poste de suppléant n°1 du gardien occupant régulièrement la fonction. Erwin en a de la patience et attend son heure, se tenant prêt à jouer dès qu’on lui demandera. Pour l’heure, il se satisfait pleinement de la qualification de son équipe à Molsheim, face à une superbe équipe du FC Still 1930. Et il espère bien garder de nouveau le but troyen dans deux semaines contre Saint-Etienne au Stade de l’Aube en 16e de finale de cette Coupe de France, « sa » compétition.

Erwin, la qualification s’est longuement fait attendre dimanche à cause de cette étonnante équipe de Still qui n’a cédé qu’à la 80’. Comment avez-vous vécu cette qualification alors que vous n’avez guère eu de travail (trois tirs-aucun cadré, 1 corner) ?

Je n’ai pas eu d’intervention à effectuer. Je n’ai eu essentiellement qu’à commander le jeu et ma défense et quelques ballons au pied. Still a eu une occasion en début de match mais il y avait hors-jeu.

Votre situation n’est guère évidente et elle demande beaucoup de patience…

C’est la donne, on la connaît. Je me place dans la perspective de temps de jeu. Cela devrait me permettre de jouer deux matches dans le même mois. C’est le moment d’en profiter, pour la confiance, les repères, pour être prêt si je suis amené à évoluer en championnat. C’est l’essentiel.

On sait que l’objectif prioritaire reste le maintien, mais la Coupe de France, c’est une belle compétition qui semble susciter l’intérêt de l’Estac… ?

On a tous intérêt à la jouer. Notamment ceux qui sont dans mon cas et qui jouent moins. Ça peut nous valoir de belles affiches, ça dynamise le groupe. C’est vraiment intéressant pour tout le monde.

Quelle a été votre réaction en apprenant que le tirage au sort vous désignait l’AS Saint-Etienne comme adversaire en 16e de finale ?

D’abord, comme on ne décide jamais de qui sera notre adversaire, on accepte le tirage. Comme nous l’a dit le coach ce matin, ce n’est pas plus facile d’aller jouer une CFA à l’extérieur. Ce sera une belle affiche entre deux équipes de Ligue 1, et qui se jouera chez nous. On connait Saint-Etienne qu’on a battu en championnat, mais le contexte sera complètement différent.

L’Estac a réussi une première moitié de championnat plutôt honorable mais les premiers matches retour vont devoir être négociés au mieux puisque les adversaires sont tous concernés par le maintien. Qu’est-ce que cela vous inspire ?

Notre première partie est encourageante mais c’est le plus dur qui arrive ces prochaines semaines. De toute façon, c’est le calendrier et il faudra bien jouer tout le monde. On a je pense les moyens pour bien réussir et obtenir les résultats que nous souhaitons, à commencer par ce match samedi contre Bordeaux.

Justement, quel est votre sentiment au moment d’accueillir Bordeaux ?

Pour nous, ce n’est pas Bordeaux qui va faire que nous allons espérer gagner ou craindre de perdre. C’est à nous de faire les efforts, à l’image de ce que nous avons déjà réalisé à domicile ou contre les grosses écuries. On doit tous faire les efforts les uns pour les autres.

La pression sera-t-elle sur les épaules bordelaises ?

Sans doute. C’est un match particulier pour eux. Mais on aura le temps de s’y pencher d’ici samedi. Aujourd’hui cependant, quand on voit le match aller que nous avons perdu 2-1 à Bordeaux, on prend conscience que nous avons progressé depuis et on va le démontrer samedi.

FIL INFO

La Boutique de l'Estac

La boutique de l'Estac

Voir
Billetterie en vente Billetterie

Billets en vente

Réservez vos billets