Estac Troyes

Pros

Les Bleuets et Samuel Grandsir à l’épreuve du Monténégro

Mercredi 04 Octobre 2017 à 18h30

Le Stade de l’Aube accueille ce jeudi, à 19h, l’équipe de France Espoirs à l’occasion de la rencontre de qualification pour l’Euro Espoirs 2019, qui l’opposera au Monténégro. C’est déjà une rencontre que les Bleuets doivent absolument remporter pour espérer prendre la tête du groupe. Pour l’heure, c’est le Kazakhstan qui est en tête mais qui a déjà joué trois matches. Les Tricolores n’ont disputé qu’une rencontre, qu’ils ont précisément gagnée contre les Kazakhs, 4-1, le 5 septembre au Mans. Avant de se rendre au Luxembourg le 9 octobre, ils se doivent d’engranger puisque dans le même temps cette semaine, le Kazakhstan se déplace en Bulgarie, vendredi, alors que les Luxembourgeois, qui sont allés s’imposer chez les Bulgares, 1-0, reçoivent la Slovénie.

(photos FFF)


Abdou Diallo

Samuel Grandsir le Bleuet

Le public aubois va donc retrouver les Bleuets, sept années après un France-Turquie espoirs, en amical, gagné par les Français le 8 octobre 2010. Outre le fait qu’il s’agira cette fois d’une compétition officielle, les spectateurs, qui devront bien-entendu soutenir à fond les Français (plusieurs milliers de drapeaux seront distribués), auront un intérêt supplémentaire pour suivre la rencontre, puisqu’un Troyen figure dans la sélection, l’un des nouveaux chouchous du Stade de l’Aube, Samuel Grandsir. Le co-meilleur buteur de l’Estac (avec Saïf Khaoui), vient d’être appelé pour la première fois et ne devrait pas, en principe, débuter la rencontre. Il se pourrait cependant qu’il vive dans son jardin, devant son public, sa première sélection chez les Espoirs en rentrant en cours de match. Le dernier international espoir troyen à avoir évolué avec l’équipe de France Espoirs en match de qualification au Stade de l’Aube, fut Sébastien Grax, le 8 octobre 2004 pour l’inauguration du Stade de l’Aube dans sa configuration actuelle contre la République d’Irlande (1-0, but de Stéphen Drouin) et le 25 mars 2005 contre la Suisse (1-1). Ce sera la dernière équipe à se qualifier pour la phase finale à ce jour. Ils s’inclinerpont en demi-finale contre les Pays-Bas, 3-2 après prolongation.

Un certain Paul Bernardoni

Autre sujet d’intérêt pour les spectateurs, la présence dans le groupe de Paul Bernardoni. Le jeune gardien issu du Centre de Formation de l’Estac, est resté très apprécié du public troyen, même si, transféré à Bordeaux, il est aujourd’hui prêté à Clermont en Domino’s Ligue 2. Paul est resté lui aussi très proche de l’Estac. Il était par exemple présent lors du match de dimanche contre Saint-Etienne, après avoir joué à Reims la veille. Il est d’ailleurs demeuré à Troyes, où il possède désormais des attaches, pour rejoindre Clairefontaine, par le train, le lundi matin, en compagnie de Grandsir.

Onze années de disette

La sélection française dispose de beaucoup d’atouts, grâce à des éléments qui connaissent déjà pour la plupart le haut-niveau. Le sélectionneur, Sylvain Ripoll, va tenter de qualifier la France pour la phase finale de cet Euro U21 UEFA 2019 qui se disputera en Italie et à Saint-Marin. Cela fait maintenant onze ans que les Espoirs français ne sont plus parvenus en phase finale (c’était la génération des Ribéry, Toulalan, Mavuba, Lassana Diarra, Sagna, Mandanda, Grax, Drouin… etc). Quant au dernier titre des Tricolores, il faut remonter à… 1983 ! Figuraient dans la sélection, les Blanc, Cantona, Sauzée, Martini, Paille, Roche, Angloma… que dirigeait le regretté Marc Bourrier.

Leurs successeurs cette année ont tous un gros potentiel (voir la liste ci-dessous). On y retrouvera, entre autres, les Stéphanois Ronaël Pierre-Gabriel et Jonathan Bamba, de retour au Stade de l’Aube quatre jours après y avoir évolué en championnat de Ligue 1 Conforama.

Le Monténégro disputera à Troyes son second match, après être allé chercher un point au Kazakhstan (1-1). Les Bleuets feront bien de prendre cette formation très au sérieux, le football monténégrain étant un football plutôt technique et le pays, qui faisait partie jadis de l’ex-Yougoslavie, a souvent fourni d’excellents joueurs. Ainsi se souvient-on encore à Troyes de Zoran Delibasic, qui fut l’un des grands buteurs des premières années de l’Atac, avec 64 buts (76 avec la Coupe de France), en cinq saisons (1 en D4 et 4 en D3), de 1989 à 1994.

Précisons encore que seul le premier de chacun des 9 groupes sera qualifié pour la phase finale mais que les quatre meilleurs deuxièmes disputeront des barrages permettant de qualifier les deux dernières équipes.

 

La sélection de l’équipe de France Espoirs

Gardiens : Paul Bernardoni (Clermont), Bingourou Kamara (Strasbourg), Maxence Prévôt (Sochaux).

Défenseurs : Kelvin Amian (Toulouse), Olivier Boscagli (Nice), Mouctar Diakhaby (Lyon), Abdou Diallo (Mayence), Issa Diop (Toulouse), Benjamin Pavard (Stuttgart), Ronaël Pierre-Gabriel (Saint-Etienne).

Milieux : Angelo Fulgini (Angers), Maxime Lopez (Marseille), Tanguy Ndombelé (Lyon), Olivier Ntcham (Celtic Glasgow), Lucas Tousart (Lyon) (photo ci-contre).

Attaquants : Jonathan Bamba (Saint-Etienne), Moussa Dembelé (Celtic Glasgow), Samuel Grandsir (Estac), Lys Mousset (Bournemouth), Alan Saint-Maximin (Nice), Martin Terrier (Strasbourg).