• François Bellugou : « S’appuyer sur le contenu de notre match contre Toulouse »
Estac Troyes

Pros

François Bellugou : « S’appuyer sur le contenu de notre match contre Toulouse »

Mercredi 13 Septembre 2017 à 21h08

Après avoir joué les deux rencontres disputées à l’extérieur par sa nouvelle équipe, on attendait avec une certaine curiosité la première apparition de François Bellugou au Srade de l’Aube, samedi dernier contre Toulouse. Et on a vu ! Placé devant sa défense, le nouveau milieu de terrain récupérateur troyen a réalisé une prestation de haute volée. Efficace défensivement, inspiré sur ses relances, il a pris une grande part dans la bonne impression laissée par l’Estac, malheureusement insuffisamment récompensée de tous ses efforts.  

François, face à Toulouse, l’Estac a plutôt été séduisante. Mais s’il y avait du contenu, il manquait l’essentiel, le résultat positif et trois points…

 

Oui, c’est sûr qu’il est préférable de gagner pour avancer au classement. Un point, ça fait tout de même avancer le compteur, faute de mieux. Il faut s’appuyer sur le contenu pour réussir la fois prochaine. C’est la finalité qui compte le plus. On va dire que cette fois c’est réussi à moitié.

 

Vous avez tenu un rôle de sentinelle devant la défense et vous avez été crédité d’un match de qualité. Et vous, comment jugez-vous votre prestation ?

 

Je n’aime pas trop les questions personnelles. Quand je joue, mon but c’est d’équilibrer l’équipe quand elle attaque et qu’elle est en possession du ballon. Mais c’est en même temps réfléchir à ce qui va se passer quand elle va le perdre. Le coach met l’accent sur l’aspect tactique, c’est important.

 

Très présent durant toute la rencontre, vous avez notamment couvert beaucoup de terrain. Vous avez démontré que vous aviez du fond, du coffre…

 

Oui, certainement, mais Tristan (Dingomé) ou Karim (Azamoum), et même Aloïs (Confais), ont plus de capacité à faire des courses de haute intensité. Moi, je tiens plutôt longtemps sur le même rythme, j’ai des capacités d’endurance.

 

On vous sent désormais bien intégré au sein de votre nouvelle équipe. Comment vous y sentez-vous ?

 

Bien. J’ai été bien accueilli par tous les joueurs. Je suis d’un tempérament réservé mais j’ai apprécié cet accueil. L’Estac est un club qui est dans la dimension d’un Guingamp à l’époque où j’y évoluais. On sent que les gens sont attachés à leur club. Etre petit en Ligue 1, on doit en faire une force pour parvenir à décrocher le maintien.

 

Samedi, Montpellier vient au Stade de l’Aube avec l’obligation de réagir après deux défaites consécutives…

 

Mais nous on a une forte envie de gagner notre premier match à domicile. Chaque rencontre a sa propre spécificité. On verra comment le match se déroulera et on devra en tirer le meilleur profit. Mais il ne faut pas galvauder le moindre point dans notre situation. La saison dernière, Dijon n’a pas souvent gagné mais il s’est maintenu parce qu’il prenait souvent un point. Le moindre point ça compte et un point plus un point, ça peut faire toute la différence. Mais, bien entendu, c’est toujours mieux d’en prendre trois d’un coup et ce sera notre objectif samedi.