Estac Troyes

Pros

Paris-Troyes, par Romilly : opération réglages

Jeudi 31 Août 2017 à 18h37

La trêve internationale oblige, la Ligue 1 Conforama respecte une première pause après quatre journées de championnat. Les internationaux ont rejoint leurs sélections respectives : Johann Obiang, le Gabon, Adama Niane, le Mali, et Yehvann Diouf, la France U19. Comme tous les clubs conservant un maximum de joueurs, l’Estac a conclu une opposition contre une autre équipe professionnelle pour conserver du rythme, tout en continuant à travailler sur l’amélioration de son jeu et les automatismes. C’est avec le Paris FC, actuellement 13e de Domino’s Ligue 2 qu’elle en découdra donc ce vendredi, à 17h, au stade Bardin-Gousserey, sur l’excellente pelouse du terrain qui porte le nom du regretté Jean-Claude Steyer.

 

Objectif : les 4 prochaines journées

 

Après un bon départ, l’Estac reste sur deux défaites consécutives : la première, concédée à domicile devant Nantes, la seconde enregistrée à Bordeaux, toutes deux d’un but d’écart. Dans les deux cas, les Troyens n’ont pas foncièrement déçu et, avec un soupçon de réussite, mais surtout de concentration, ils auraient pu ajouter le point du nul à leur récolte de quatre unités qui restent leur total aujourd’hui, au lieu de six, ce qui n’aurait pas forcément constitué un scandale. La suite de la compétition qui se présente d’ici la prochaine trêve est très attendue et les hommes de Jean-Louis Garcia devront l’aborder dans les meilleures dispositions pour reprendre leur collecte. Les quatre rencontres qui vont se succéder vont permettre aux Troyens de recevoir trois fois (Toulouse, Montpellier et Saint-Etienne) alors qu’ils n’auront qu’un déplacement à entreprendre, à Metz, contre un adversaire direct. Dans tous les secteurs, l’équipe doit encore s’améliorer. On connaît l’exigence de son entraîneur. Il a souvent martelé à ses joueurs que la qualité de la compétition et le niveau du championnat exigeaient de leur part un investissement total et la plus extrême des concentrations. Il n’y a pas de secret pour réussir : tolérance zéro ! Tout comme il n’y a pas de monde idéal, il n’existe pas de football parfait. Et heureusement, sinon, il y aurait beaucoup moins de buts. Le jeu ne consiste-t-il pas à prendre le meilleur sur l’adversaire et le pousser à la faute le plus souvent ? Comme tous ses confrères, Jean-Louis Garcia ne pourra donc jamais atteindre la perfection. Il ne pourra que chercher à s’en approcher. Tel Sisyphe, il est donc condamné à remettre chaque jour l’ouvrage sur le métier. Sauf qu’il peut en espérer tout de même quelques bénéfices.

 

Sortie studieuse

 

A Romilly, l’Estac devrait présenter l’ensemble de ses éléments présents et valides. Ne voulant dissocier personne du groupe, l’entraîneur aubois emmènera tout l’effectif dont il dispose. En dehors des sélectionnés, il manquera aussi Jérémy Cordoval victime d’un coup dans le dos lors de l’entraînement de ce jeudi matin, et Tristan Dingomé qui se plaint d’une légère douleur derrière un genou. Mais s’il emmènera tous ceux qui sont disponibles, y compris Hyun-jun Suk s’il n’a pas d’obligation à satisfaire dans le cadre de son arrivée, tout le monde ne disposera pas du même temps de jeu. Il est même possible que certains ne jouent pas du tout. Ce sera selon les dispositifs que Jean-Louis Garcia cherche à travailler ou à améliorer, et les complémentarités et associations qu’il souhaite peaufiner.

 

 Paris est tonique

 

Le Paris FC a réussi un début de championnat honorable pour un promu. D’autant que, 3e de National la saison dernière, il a dû disputer les barrages contre le 18e de Domino’s Ligue 2, Orléans. Des barrages qu’il a perdus… mais qui ne l’auront pas empêché de monter, bénéficiant de la rétrogradation de Bastia. Les Parisiens ne se sont guère délestés pour bien figurer au 2e échelon du football français. Seul le jeune milieu de terrain Eden Maoussema, 20 ans, est parti à Dijon, tandis que le milieu offensif Anthony Ribelin retournait à Rennes d’où il était venu en prêt. Fabien Mercadal, l’entraîneur, dispose cette saison de Didier Ovono, le gardien international gabonais qui arrive du club belge d’Ostende, du milieu cristolien Martin Mimoun qui venait de s’engager avec Bastia avant que le club insulaire soit rétrogradé, l’attaquant Dylan Saint-Louis, prêté par Saint-Etienne et, tout récemment, le milieu prêté par Lorient, Valentin Lavigne. A noter dans le staff parisien, en tant qu’entraîneur-adjoint, la présence de l’ancien défenseur de l’Estac, Julien Outrebon.

Après un nul à domicile devant Clermont (0-0), les Parisiens sont allés s’imposer 2-1 à Bourg-en-Bresse mais se sont inclinés au stade Charléty devant Le Havre (3-0) puis à l’AC Ajaccio (2-0). Ils ont cependant bien réagi en dominant sur leur terrain l’AJ Auxerre (2-1). C’est par conséquent une équipe solide et athlétique, avec une bonne dose d’expérience, dont disposera le second club de la capitale, bien décidé à s’installer durablement en L2, avant de viser le niveau supérieur.