Estac Troyes

Pros

Eviter de payer la différence

Jeudi 10 Août 2017 à 16h32

Périlleux déplacement que celui qu’entreprend ce vendredi l’équipe de Jean-Louis Garcia. Si Nice est l’une des destinations les plus prisées pour les vacances, elle est désormais l’une des plus redoutées pour les visites de toutes les équipes appelées à se mesurer au Gym. Le club azuréen est en effet devenu l’une des places fortes du football hexagonal et un club ambitieux. Avec l’apport de ses investisseurs chinois, l’OGC Nice a désormais des moyens supérieurs à ce qu’ils étaient il y a deux ans. C’est, entre autres, ce qui explique les arrivées des stars, Mario Balotelli l’an dernier, et Wesley Sneijder cette saison. Et l’on dit que ce ne serait pas fini… Toujours est-il que la petite Estac risque fort de souffrir de la différence à l’Allianz Arena. N’ayant toutefois rien à perdre, elle n’en aura que davantage la volonté de montrer qu’elle n’est pas disposée à jouer les simples faire-valoir. 

 

 

Les jambes à Nice et la tête à Naples ?

L’équipe chère au président Jean-Pierre Rivère a fait étalage de ses qualités en éliminant de la Ligue des Champions l’Ajax d’Amsterdam, le récent finaliste de l’Europa League, avant l’ouverture du championnat de Ligue 1 Conforama. Excusez du peu ! Mais le tirage au sort ne lui a décidément pas fait de cadeau de nouveau en lui désignant le Napoli comme prochain adversaire. Pour se qualifier pour les phases de groupe, les Niçois sont donc condamnés à un nouvel exploit. Mardi soir, ils devront, au San Paolo, dans la bouilloire du stade napolitain, résister à la fois aux offensives du 3e du dernier championnat de Série A italien et à la furia de ses 60 000 tifosi. Les joueurs niçois vont déjà livrer là-bas l’un des matches les plus importants de leur saison. Auront-ils déjà la tête tournée vers Naples ? Lucien Favre alignera-t-il contre l’Estac sa meilleure formation ou ménagera-t-il quelques cadres ? On sait tout de même que Mrio Balotelli est toujours blessé et même incertain pour le déplacement napolitain. Weslay Sneijder ne sera pas non plus du groupe appelé à affronter les Troyens. Mais les Azuréens ont bien d’autres arguments à opposer à l’Estac et, surtout, ils ne souhaitent certainement pas ne pas emporter leur premier match de la saison à domicile après s’être inclinés la semaine précédente à Saint-Etienne (0-1).

 

 

Jouer décomplexés

Bien qu’il ait relevé beaucoup de bonnes choses, le confortant dans l’idée que son équipe peut figurer honorablement en Ligue 1 Conforama, Jean-Louis Garcia est conscient qu’il reste beaucoup de domaines à améliorer. Si l’Estac a fait bonne figure à domicile devant le Stade Rennais pour l’ouverture, samedi dernier (1-1), se déplacer cette fois à Nice, chez un club européen et ambitieux, c’est carrément autre chose, d’un tout autre niveau : « Nice est un adversaire de gros calibre, a-t-il souligné d’entrée lors du point presse un peu avant midi au Stade de l’Aube, mais c’est un beau match à jouer. Quel que sera le résultat final, nous avons les moyens de rendre la tâche des Niçois très ardue. » On se doute que la priorité pour les Aubois sera d’abord de bien défendre avant d’exploiter au mieux le moindre ballon récupéré. Pour réussir, il faudra constamment être concentré et dans le match, y compris quand le ballon sera hors zone. L’entraîneur troyen mise donc d’abord expressément sur l’organisation, sans faille si possible : « Notre clé, c’est la régularité et la constance pour pouvoir construire nos actions dans le jeu et bien jouer les coups. Face à des adversaires de ce niveau et pratiquant un football de cette qualité, nous devons jouer décomplexés, tout en sachant que la partie sera difficile. Pour nous, ce sont des matches bonus où le moindre point pris est un petit exploit. »

 

 

Traoré à la place d’Obiang

Jean-Louis Garcia conserve un groupe au complet, similaire à celui qu’il avait composé pour recevoir Rennes, à l’exception de Charles Traoré qui fait son grand retour, à la place de Johann Obiang. C’est la seule modification. Quant à dire si ce sera la même équipe qui débutera, à l’exception d’Obiang bien-entendu, il y a un pas que nous ne franchirons pas, le coach aubois s’étant bien gardé d’avancer le moindre argument le laissant entendre, comme son contraire d’ailleurs. Il aura de toute façon bien le temps de la réflexion puisque l’équipe devait s’envoler en fin d’après-midi pour la Côte d’Azur et cette cité niçoise meurtrie l’an dernier et à laquelle l’ensemble du club troyen n’a cessé de penser.