Estac Troyes

Pros

Partie de plaisir

Lundi 07 Août 2017 à 17h52

Il faut bien l’avouer, la Ligue 1 Conforama, c’est tout de même autre chose ! L’environnement d’abord : plus de journalistes et de photographes, plus d’observateurs, dont les incontournables scouts, aussi bien de clubs étrangers que de clubs français, davantage de rigueur et de sécurité, un protocole serré et des exigences médiatiques, notamment de télédiffusion, considérablement développées, sans parler de la Goal Line, réinstallée. Du public également plus nombreux, encore qu’on pensait bien que l’affluence dépasserait les 10 000. On n’en était pas loin pourtant (9 968). Le Stade de l’Aube a cependant enregistré la plus faible assistance, la seule à 4 chiffres, inférieure à celle de l’Abbé-Deschamps, cinq jours plus tôt pour Auxerre-Lens, l’affiche de Domino’s Ligue 2… Pour son grand retour en Ligue 1 Conforama, l’Estac a pourtant offert une bonne production, face à un adversaire de belle qualité, qui en fera sûrement souffrir beaucoup cette saison, notamment en déplacement, et a ouvert son compteur. Une belle ambiance, un match de bon niveau, du suspense et de l’incertitude et un premier bon point : bref, tout le monde aura pris du plaisir pour cette « réouverture après travaux » !

Chez Confo, y a tout c’qui faut

Mais il y a encore plus important. On a, au bout des 90 minutes de temps effectif de cette première affiche au Stade de l’Aube, constaté que l’Estac saurait probablement se montrer digne du niveau de la plus haute compétition française. Bien qu’il s’agisse seulement d’une première journée. Les Troyens ont en effet tenu la comparaison. Certes, ils ont connu des passages délicats par moment, comme toute équipe, et ils auraient pu en subir les conséquences. Mais ils se seront montrés également à leur avantage en certaines circonstances. On pense, entre autres, à ces deux occasions coup-sur-coup, de la 22e minute, commençant par une frappe d’Adama Niane sur le poteau de Diallo. Il n’aurait pas été scandaleux pour les hommes de Jean-Louis Garcia de rentrer aux vestiaires à la mi-temps avec un avantage d’un but. Cet avantage, ils le prendront à leur retour sur la pelouse, dès l’entame de la seconde période, par un but de Samuel Grandsir au terme d’une action infiltrée côté gauche avec Adama Niane. Le denier buteur du championnat de Domino’s Ligue 2, l’auteur du but à Sochaux qui scellait la victoire de l’Estac et sa qualification pour les barrages, signait ainsi le premier but troyen de la saison pour son retour parmi l’élite. Comme tout un symbole pour Sam, pur produit de la formation à la troyenne, pour qui c’était aussi le premier but en Ligue 1 Conforama et qui nous aura gratifié d’un superbe tacle défensif en position de dernier défenseur, en deuxième période.

Un résultat logique

Forts de cet avantage, les Aubois se trouveront alors menacés par des Bretons qui se mettront en tête de revenir au score dès que possible. Et quand des Bretons ont quelque chose en tête… Les joueurs de Christian Gourcuff possèdent de beaux arguments offensifs. Notamment dans le domaine de la vitesse et de la percussion. Ils sont aussi performants dans l’impact. Les Troyens tiendront longtemps le choc. La défense, bien positionnée, s’en tira fort bien. Que ce soit sur les ailes d’où venait essentiellement le danger (Mathieu Deplagne comme Johann Obiang seront restés vigilants), ou dans l’axe où le métier d’Oswaldo Vizcarrondo fut très précieux et le talent de Christophe Hérelle éclata au grand jour, l’Estac apporta une certaine part d’assurance pour la suite, malgré l’égalisation logique du Stade Rennais. Certes, comme le soulignera l’entraîneur adverse, l’équipe aura un peu manqué d’impact, notamment dans le domaine aérien, mais Jean-Louis Garcia lui répondra indirectement en conférence d’après-match en précisant que le club avait fait le choix de certains joueurs en toute connaissance de cause et que les arguments troyens seraient de nature à s’exprimer dans un autre domaine, choix assumé.

 

 

 

Les duels d’Hérelle

On reviendra un court instant sur la prestation de Christophe Hérelle pour souligner la hauteur de sa performance. Il aura été indiscutablement l’homme du match. Preuve en est qu’il est de l’équipe type que le quotidien L’Equipe a révélé ce lundi. « Chris » a remporté 100% de ses duels aériens. Il est celui des Troyens à avoir réussi le plus de passes (36) et le défenseur du match à être parvenu au plus grand nombre de dégagements défensifs. En voilà un qui n’aura guère mis de temps à démontrer qu’il avait le niveau. Bien entendu, il lui faudra confirmer alors que ce n’était que son premier match de Ligue 1. Dans l’ensemble, l’Estac aura donné quelques marques de confiance et certaines assurances. On sait parfaitement que tous ses adversaires n’auront pas le profil de cette formation bretonne dont beaucoup pensent qu’elle a les moyens pour briguer cette saison une qualification européenne. C’est quand elle s’opposera à des rivaux de sa catégorie que l’équipe troyenne devra faire la différence. Pour le reste, il lui faudra faire bonne figure et, pourquoi pas, tenter d’élever son niveau un peu plus haut pour batailler au mieux avec des adversaires mieux achalandés, à l’exemple de l’OGC Nice à qui elle rendra visite dès ce vendredi (19h). S’opposer aux futurs adversaires du Napoli en Ligue des Champions, même dans la souffrance, ce sera encore certainement une nouvelle partie de plaisir.